La succursale de la Société québécoise du cannabis de Sainte-Foy

Société du cannabis: deux nouvelles prises pour le syndicat des TUAC

Le syndicat des Travailleurs et des Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) poursuit son opération charme auprès des employés de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Sainte-Foy et Mirabel choisissent également les TUAC.

Mardi, l’organisation syndicale affiliée à la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) annonçait avoir déposé des requêtes en accréditation au Tribunal administratif du travail pour les succursales de Rosemont, à Montréal, et de Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent.

La direction des TUAC a répété cette démarche, mercredi, pour Sainte-Foy et Mirabel. Jusqu’à présent, le syndicat a convaincu les employés de quatre des douze succursales de la SQDC ouvertes à travers la province. On compte entre quinze et vingt travailleurs par point de vente.

«En choisissant d’adhérer à un syndicat d’envergure internationale qui se démarque par son expertise dans le commerce de détail ainsi que dans le secteur émergent du cannabis, ces nouveaux syndiqués montrent la voie à leurs collègues des autres succursales de la SQDC qui désirent améliorer leur rapport de force. Ainsi, ils auront la chance de protéger au maximum leurs conditions de travail tout en ayant l’opportunité de négocier avec leur employeur», a indiqué dans un communiqué Antonio Filato, président du conseil provincial des TUAC.

Au cours des derniers mois, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), les TUAC et le Syndicat des employés de magasin et de bureau de la SAQ (CSN) ont affirmé à plusieurs reprises qu’ils souhaitaient représenter les employés de la SQDC.

La Presse rapportait jeudi matin que certains travailleurs affirmaient avoir été victimes d’intimidation  de la part de syndicats au cours de leur première journée de boulot. À terme, la nouvelle société d’État pourrait compter entre 2250 et 3000 employés.

Actuellement, les conseillers de la SQDC reçoivent un salaire de 14 $ de l’heure. Une progression salariale est prévue après 1040 heures travaillées.

Le syndicat des TUAC est le seul à avoir déposé jusqu’à présent des requêtes en accréditation pour les employés de la SQDC.

L’organisation représente plus de 40 000 employés répartis dans plus de 650 commerces à travers la province. Elle compte parmi ses membres des dizaines de milliers de travailleurs du cannabis du côté des États-Unis.

LIRE AUSSI : La Société du cannabis encore prise d’assaut au jour 2 à Québec

LIRE AUSSI : Pas de cannabis dans les sentiers et l’arrière-pays des parcs de la SÉPAQ