Le commissaire de la LNH Gary Bettman exhibe un chandail symbolique après l’annonce par le Bureau des gouverneurs de l’arrivée d’un 32e club à Seattle en 2020-2021, mardi à Sea Island en Géorgie. Il est entouré du producteur Jerry Bruckheimer, des propriétaires David Bonderman et David Wright, du pdg Tod Leiweke et d’une jeune hockeyeuse du Washington Wild, Jaina Goscinski, 11 ans.

Seattle accueillie dans la LNH

SEA ISLAND, Georgie — Les portes de la LNH se sont grandes ouvertes pour Seattle. La 32e équipe du circuit Bettman commencera ses activités lors de la saison 2021-2022.

«Aujourd’hui, c’est une journée de festivités pour une ville qui raffole et qui adore ses équipes sportives ainsi que pour notre Ligue, qui est âgée de 101 ans», a évoqué le commissaire Gary Bettman après le vote unamine du Bureau des gouverneurs, mardi au complexe de villégiature Sea Island, en Géorgie.

«L’arrivée de Seattle signifie que la Ligue sera plus équilibrée, plus complète et plus dynamique», a ajouté Bettman. «Une équipe à Seattle vient équilibrer le nombre d’équipes dans nos deux Associations, rétablir la symétrie géographique et créer une rivalité dans l’Ouest, particulièrement entre Vancouver et Seattle.»

L’annonce a été faite quelques minutes après que la mairesse Jenny Durkan eut coulé l’information lors d’un rassemblement à Seattle, entraînant les effusions de joie dans la foule : «Je viens de recevoir l’appel d’une taupe dans la salle et le vote est unanime. Nous aurons du hockey.»

650 millions $US

Les représentants du groupe Seattle Hockey Partners — le propriétaire majoritaire David Bonderman, le producteur Jerry Bruckheimer et le président et directeur général Tod Leiweke — étaient présents pour l’annonce. Ils paieront 650 millions $US pour l’obtention de leur concession.

Ce montant sera redistribué équitablement entre les 30 équipes de la LNH. Les Golden Knights de Vegas, qui avaient versé 500 millions $ pour se joindre à la LNH en 2016, ne percevront pas leur part et seront exclus du processus de repêchage d’expansion.

Leiweke a indiqué à la blague qu’il devra jeter ses cartes d’affaires sur lesquelles était écrit «Seattle 2020», puisque l’équipe entrera officiellement en activité un an plus tard que prévu. Les deux parties ont cependant convenu qu’il était préférable de patienter jusqu’en 2021.

À LIRE AUSSI: Seattle en 5 questions

Travaux à compléter

«Ils ont toujours cru qu’il était préférable de disposer d’un peu plus de temps pour bien rénover l’amphithéâtre», a dit Bruckheimer. «Nous voulions faire notre entrée en 2020-2021 parce que nous voulions que l’équipe soit active le plus rapidement possible, mais ce ne serait pas juste pour nos partisans et nos joueurs qu’ils doivent tolérer un amphithéâtre dont les travaux ne sont pas terminés.»

Avec l’arrivée de Seattle, les Coyotes de l’Arizona seront transférés de la section pacifique à la section Centrale. «En fin de compte, c’était la chose la plus simple, la plus logique et la moins dérangeante pour nous tous, et je crois que ça fonctionnera bien pour les Coyotes», a mentionné le commissaire adjoint Bill Daly.

Nouvelle rivalité

L’association Ouest comptera maintenant 16 équipes, tout comme celle de l’Est. De plus, l’arrivée de Seattle dans la LNH créera une rivalité naturelle avec ses voisins canadiens, les Canucks de Vancouver.

«Il se développera une rivalité», a assuré Leiweke. «Je ne veux pas mettre de l’huile sur le feu ici, parce que ces gens sont mes amis, mais amenez-vous, nous vous attendons. C’est lors d’une soirée comme celle-là où j’entrerai dans le vestiaire et dirai aux gars : “Il leur en faut pour leur argent”.»

Seattle est devenue une ville d’expatriés en raison de la vigueur de son économie locale. Une concession de hockey permettra aux nouveaux résidents de s’identifier à une équipe, comme ce fut le cas des Sounders lors de leur arrivée en Major League Soccer en 2009, la dernière équipe sportive professionnelle à s’être établie dans cette ville de l’État de Washington. Les Sonics ont été les premiers, lors de leur arrivée dans la NBA en 1967, suivis des Seahawks (NFL) en 1976 et des Mariners (baseball), l’année suivante.

Il y a eu plusieurs tentatives pour bâtir un nouvel amphithéâtre à Seattle, et plusieurs autres pour obtenir une concession de la LNH ou de la NBA depuis le départ des Sonics, mais jusqu’ici aucune n’avait reçu l’appui de la municipalité ou des investisseurs privés. Interrogé mardi à savoir s’il considérait acquérir une équipe de la NBA, Bonderman a répondu : «Un miracle à la fois».