Cette formation fait suite à un incident survenu le mois dernier dans un café Starbucks de Philadelphie, au cours duquel deux hommes noirs qui s'étaient vus refuser l'accès aux toilettes de l'établissement se sont fait arrêter par la police.

Racisme: les Starbucks canadiens fermeront un après-midi pour de la formation

TORONTO — Les établissements canadiens de Starbucks fermeront leurs portes pendant un après-midi, le mois prochain, pour offrir une formation aux employés sur la «culture de l'accueil chaleureux et de l'appartenance».

Cette formation fait suite à un incident survenu le mois dernier dans un café de Philadelphie, au cours duquel deux hommes noirs qui s'étaient vus refuser l'accès aux toilettes de l'établissement se sont fait arrêter par la police. L'entreprise de Seattle s'est excusée publiquement à la suite de l'incident.

Selon un porte-parole de la police de Philadelphie, des employés de Starbucks ont composé le 9-1-1 après que les hommes eurent refusé de quitter le café.

La société a depuis annoncé que plus de 8000 cafés Starbucks américains seraient fermés dans l'après-midi du 29 mai afin que près de 175 000 employés puissent recevoir une formation sur les préjugés inconscients. Au moment de cette annonce, la société n'avait pas encore décidé si elle allait faire de même au Canada.

Vendredi, le président de Starbucks Canada, Michael Conway, a transmis une note dans laquelle il explique que les établissements canadiens de la chaîne seront fermés pendant une partie de l'après-midi le 11 juin, pour une séance de formation consacrée aux préjugés implicites et à la promotion de «l'inclusion consciente».

«Nous croyons que tout le monde a le droit d'être traité avec respect [...] Nous ne devons jamais être complaisants dans notre volonté d'être inclusif.»

Des manifestations et des appels au boycottage ont suivi les arrestations de Philadelphie.

Dans une vidéo de l'incident qui s'était retrouvée sur les réseaux sociaux, on pouvait voir des policiers discutant calmement avec deux Afro-Américains assis à une table. Quelques minutes plus tard, les agents leur passaient les menottes et les expulsaient, même si, selon les autres clients, ils ne faisaient rien de mal. Selon des médias de Philadelphie, les deux hommes attendaient un ami.

Dans la semaine qui a suivi, les deux hommes ont reçu les excuses du commissaire de police de Philadelphie et ont rencontré le chef de la direction de Starbucks, qui avait qualifié l'incident de «répréhensible».