La ministre de l’Économie Dominique Anglade et le président de Chocolats Favoris, Dominique Brown, étaient présents lors de l’annonce du prêt octroyé par le gouvernement du Québec à l’entreprise.

Québec mise de nouveau sur Chocolats Favoris

Le gouvernement du Québec mise de nouveau sur Chocolats Favoris en lui octroyant une aide financière s’élevant à 960 000 $.

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, avait le sourire aux lèvres, jeudi, lorsqu’elle a fait l’annonce du prêt dont la moitié est accordée par Investissement Québec. L’autre moitié est issue du programme ESSOR, qui vise à appuyer, dans une perspective d’accroissement de la compétitivité et de la productivité, de création d’emplois et de développement durable, les projets d’investissement au Québec 

«C’est une belle fierté de voir une entreprise québécoise à Victoria, en Colombie-Britannique», a dit la vice-première ministre, en point de presse. 

Elle racontait que l’été dernier, en vacances dans la capitale britanno-colombienne avec sa famille, ses enfants ont insisté pour savourer un cornet de crème glacée aussitôt qu’ils ont aperçu l’enseigne de l’entreprise. Mais ce passage chez Chocolats Favoris ne fut pas le dernier,  puisque la famille Anglade s’y est arrêtée le lendemain, puis le surlendemain… 

Cette anecdote confirme, selon elle, la reconnaissance que possède la marque à travers le pays, et explique la décision du gouvernement à soutenir la croissance de l’entreprise. Rappelons que le nombre de chocolateries est passé de 3 à 30, réparties dans trois provinces canadiennes, depuis que l’entrepreneur Dominique Brown a pris les rênes de l’entreprise, il y a six ans. 

Chocolats Favoris vise à améliorer l’efficacité de sa chaîne de production et à acquérir de nouveaux équipements spécialisés à sa Fabrique, qui a pignon sur rue depuis 2015 dans le parc industriel Armand-Viau, au nord de Québec. 

«On a pu visiter l’intérieur de la Fabrique et ce qui est intéressant, c’est de voir qu’on est capable de combiner à la fois une amélioration de la productivité, mais également de garder ce souci artisanal», a commenté la ministre. 

Le projet de l’entreprise, évalué à 1,2 million de dollars, permettra notamment d’automatiser une partie de la conception de manière à augmenter la capacité de production. «La règle d’or chez Chocolats Favoris, c’est d’automatiser ce qui n’a pas de valeur ajoutée», a expliqué le président de l’entreprise, Dominique Brown. Il donne l’exemple de l’emballage des produits, qui n’apporte pas une valeur additionnelle aux produits, qu’ils soient emballés par un employé ou une machine.  

Cet investissement n’est pas pour «répondre à la demande [actuelle] des chocolateries, mais pour répondre à ce qui s’en vient», a avancé M. Brown, mentionnant l’ouverture de plusieurs points de vente à travers le pays au courant de l’année. Une boutique doit d’ailleurs ouvrir ses portes dans deux semaines en Ontario. 

«Je suis content qu’Investissement Québec nous appuie encore une fois», a-t-il souligné. Ce n’est pas la première fois que le bras investisseur du gouvernement du Québec alloue une aide financière à l’entreprise. En 2015, 1 000 000 $ avaient été accordés pour la construction de la Fabrique, qui regroupe sous un même toit l’administration et la majeure partie de la production. 

Entrepreneur modèle

«Lorsqu’on parle du numérique et d’innovation, tout le monde est interpellé par ça. Encore une fois, dans ce secteur, on a un exemple concret de ce qui peut se faire», a souligné la ministre Anglade, au sujet de la volonté du gouvernement à investir dans de tels projets de développement manufacturier. 

Chocolats Favoris vise encore plus haut et plus loin, Dominique Brown n’hésitant pas à parler d’une expansion internationale au courant des prochaines années. «La croissance ne s’arrêtera pas là et on doit faire croître nos capacités de production en conséquence. [...] On a investi énormément dans nos capacités de production toujours pour améliorer et augmenter notre volume, mais aussi nos standards de qualité.»

M. Brown avait déjà assuré voir le chiffre d’affaires de l’entreprise dépasser les 100 millions de dollars en 2020. Pour financer sa stratégie d’expansion hors Québec, le président de Chocolats Favoris évaluait une entrée en bourse. «C’est quelque chose que nous n’écartons pas, mais nous n’avons pas de plan à court terme pour ça», avait dit M. Brown en 2015. 

En vidéo