Le maire de Philadelphie Jim Kenney et Régis Labeaume

Pour le retour d’une liaison Québec-Philadelphie toute l’année

Les maires de Québec et de Philadelphie s’engagent à travailler pour qu’une liaison aérienne unisse de nouveau leurs deux villes toute l’année.

Pour son premier voyage au Canada, le maire de Philadelphie, Jim Kenney, a choisi de passer quelques jours avec le maire Régis Labeaume qui lui a fait découvrir Québec. Parce que, selon lui, les deux villes ont beaucoup en commun : elles sont ouvertes, attirent de jeunes familles et comptent plusieurs entreprises technologiques en croissance.

En rencontre de presse mardi, le maire Kenney a parlé d’un «grand partenariat, d’un grand mariage» entre les deux communautés, qui ne sont pas très loin géographiquement. La sixième ville en importance aux États-Unis avec ses 1,5 million d’habitants est située sur la côte est, entre New York et Washington.

Selon le maire Kenney, une liaison aérienne stable et quotidienne servirait les gens d’affaires, mais aussi les touristes américains, qui pourraient venir faire du ski à Québec en hiver. À l’heure actuelle, la compagnie American Airlines exploite deux liaisons quotidiennes entre Québec et Philadelphie, mais seulement depuis le 7 juin et jusqu’au 3 novembre. Depuis 2016, aucun vol entre les deux villes n’est offert en hiver. La demande des voyageurs est toutefois en croissance.

Le maire Labeaume croit que Québec a besoin d’un lien direct vers le hub de Philadelphie, soit sa grande plateforme de correspondance aéroportuaire. «Jim va m’aider à travailler là-dessus», assure-t-il.

Contrer Trump

Pour les maires Labeaume et Kenney, bâtir des liens entre les villes canadiennes et américaines est encore plus essentiel aujourd’hui alors qu’une guerre tarifaire s’est enclenchée entre leurs deux pays. «Je pense qu’on partage les mêmes valeurs. Heureusement, le maire ne partage pas les valeurs de son président», a évoqué M. Labeaume.

M. Kenney a quant à lui été beaucoup plus incisif. «Je n’ai pas voté pour Donald Trump. Je sais qu’on doit composer avec ses politiques et ses coups de folie», a-t-il lancé. Il est toutefois primordial, selon lui, de ne pas laisser le président des États-Unis briser les relations que les villes et les entreprises américaines et canadiennes ont bâties. «On a des affinités, on partage l’amour du même sport national et on va passer à travers Donald Trump. On va revenir ensemble et redevenir normaux», assure M. Kenney.

Le maire de Philadelphie a d’ailleurs plaidé pour que Québec retrouve ses Nordiques, lui et M. Labeaume ayant eu plusieurs histoires de hockey à se raconter au cours des derniers jours. L’ex-hockeyeur Simon Gagné, qui a longtemps évolué à Philadelphie, a d’ailleurs partagé un repas avec les deux maires et visité le Centre Vidéotron en leur compagnie.

Côté culturel, les maires ont également évoqué des maillages entre les musées des deux villes. Philadelphie et Québec sont les deux seules en Amérique du Nord à faire partie de la liste des villes du patrimoine mondial.

Le maire Labeaume rendra visite à son tour à M. Kenney du 24 au 26 septembre, afin de poursuivre le maillage et accompagner plusieurs entreprises à MedTech, un grand événement sur les technologies médicales.

+

L’entreprise de haute technologie Bentley à la recherche de talents

L’entreprise de haute technologie Bentley mise sur ses bureaux neufs avec vue sur le fleuve Saint-Laurent à Beauport pour attirer les dizaines de talents dont elle aura besoin au cours des prochaines années. 

Cette compagnie dont le siège social est situé à Philadelphie compte 70 employés à Québec, mais investit dans les écoles secondaires partout où elle se trouve pour intéresser les jeunes à la science et aux mathématiques. «Comme plusieurs, on cherche des informaticiens et il n’y en a pas assez qui sont formés», explique François Valois, directeur de Bentley Canada et du bureau de Québec. 

M. Valois a organisé mardi la rencontre entre les maires de Québec et de Philadelphie, en plus de convier plusieurs entreprises technologiques de la région à venir leur serrer la pince. Selon lui, une meilleure synergie entre les deux villes ne peut être que bénéfique, car elles hébergent toutes deux plusieurs jeunes pousses et elles offrent un coût de logement inférieur à leurs villes voisines. 

Bentley est spécialisée dans la création de logiciels de conception de ponts, de routes et d’autres infrastructures. L’entreprise en fournit à des firmes d’ingénierie dans le monde entier. En 2015, elle a créé une reproduction 3D très précise du centre-ville de Philadelphie qui a permis à la Ville de bien planifier la venue du pape François. 

Avec des casques de réalité virtuelle, Bentley permet également aux ingénieurs de visualiser l’emplacement des tuyaux sous une route, par exemple, ou de mieux évaluer la portée des sols lors de la conception d’un projet.