Kenneth Harrisson au palais de justice de St. John's, en mars 2017

Poupée sexuelle de la taille d’une enfant: est-ce de la pornographie juvénile?

ST. JOHN'S, T.-N.-L. - Un Terre-Neuvien accusé de pornographie juvénile pour avoir commandé une poupée sexuelle de la taille d’une enfant a répété à plusieurs reprises au procès, lundi, que sa seule motivation était de remplacer dans sa vie son fils mort plus de 20 ans auparavant.

Kenneth Harrisson avait commandé «Carol» en 2013 sur un site internet japonais annonçant des poupées sexuelles de la taille d’adultes, mais aussi d’enfants. Le colis contenant la poupée avait été intercepté par l’Agence des services frontaliers du Canada.

L’affaire, complexe, chemine devant les tribunaux depuis des années: la question est de savoir où commence précisément la pornographie juvénile si aucun enfant n’est directement impliqué. La cause soulève également des enjeux de liberté d’expression, en vertu de Charte canadienne des droits et libertés.

À LIRE AUSSI : La poupée qui a troublé les Terre-Neuviens

Kenneth Harrisson, âgé de 54 ans, fait face à des accusations de possession de pornographie juvénile et de mise à la poste de choses obscènes, ainsi que de deux accusations de contrebande et de possession de marchandises interdites en vertu de la Loi sur les douanes. Son témoignage avait été interrompu vendredi lorsqu’il s’est évanoui brusquement et a été emmené par ambulance, selon les médias locaux.

En contre-interrogatoire lundi, en Cour provinciale à Saint-Jean, M. Harrisson a martelé qu’il n’avait pas l’intention d’avoir des relations sexuelles avec la poupée: il l’avait plutôt commandée pour remplacer dans son existence son garçon mort à l’âge de six mois.

Il a réitéré sa défense selon laquelle il avait effectué une recherche sur Google, avec l’expression «poupée sexuelle», et avait choisi «Carol», car elle présentait un visage «masculin» s’approchant le plus de celui que son fils aurait eu en 2013, environ 25 ans après sa mort.

Pourquoi pas un chien?

M. Harrisson a soutenu que c’est le visage de la poupée qui lui avait plu: le fait qu’elle soit agenouillée dans une position sexuelle n’a pas pesé dans sa décision, a-t-il assuré. Et l’idée de faire une recherche Google avec le terme «poupée de sexe masculin» ne lui a pas traversé l’esprit, a-t-il plaidé en contre-interrogatoire. «Je n’ai pas commandé une poupée sexuelle représentant un enfant: je voulais simplement remplacer mon fils décédé, un point c’est tout.»

Mais son garçon n’avait que six mois lorsqu’il est mort, a fait remarquer le procureur Bill Howse. L’accusé a expliqué qu’il n’avait pas commandé de poupée de la taille d’un bébé, car il souhaitait que ses traits aient ceux que son fils aurait eus à ce moment-là, en 2013. Et s’il n’a pas acheté un mannequin, c’était parce qu’il cherchait un objet plus réaliste.

M. Harrisson a laissé échapper un rire lorsque la procureure Dana Sullivan lui a demandé pourquoi il n’avait pas adopté un chien, s’il se sentait seul et cherchait de la compagnie. «Un chien n’est pas un humain, a-t-il répondu. Ça n’a pas une apparence humaine.»

Peter Collins, psychologue médico-légal, avait soutenu plus tôt au procès que la poupée «Carol» avait la taille d’une enfant prépubère dépourvue de caractéristiques sexuelles matures. Le témoin-expert a soutenu que de tels objets font appel à une «sous-culture pédophile» et il a conclu que la poupée répondait à la définition légale de la pornographie juvénile.

Le Code criminel définit la pornographie juvénile comme «toute représentation photographique, filmée, vidéo ou autre, réalisée ou non par des moyens mécaniques ou électroniques, d’une personne âgée de moins de 18 ans ou présentée comme telle et se livrant ou présentée comme se livrant à une activité sexuelle explicite».

Les avocats amorceront leurs plaidoiries finales mardi.