Le rédacteur en chef du « Your Ward News », James Sears, a été reconnu coupable en janvier de deux chefs d’accusation d’avoir fomenté la haine contre les femmes et les juifs.

Peine d’un an réclamée contre un rédacteur en chef ayant fomenté la haine

TORONTO — La Couronne réclame une peine d’un an de prison pour un rédacteur en chef torontois reconnu coupable d’avoir fomenté la haine contre les femmes et les juifs.

Une procureure a dit à un tribunal ontarien que James Sears méritait une peine de prison maximale et une probation de trois ans pour son rôle dans Your Ward News.

Lors des observations sur la peine, vendredi, James Sears a tenté de faire valoir au juge que sa publication constituait une précieuse soupape de soulagement pour les hommes enclins à la violence.

«Des hommes en colère m’approchent régulièrement, et parfois des femmes, pour me dire que Your Ward News leur a donné une voix qu’ils n’auraient pas autrement a déclaré l’accusé au juge Richard Blouin. Plusieurs hommes m’ont dit qu’à cause de notre publication, ils n’avaient pas commis de violence.»

James Sears a remercié des partisans dans la salle d’audience bondée.

Il a mis en garde le magistrat contre une décision pouvant éliminer la libre circulation des idées politiques et religieuses.

«Nous essayons simplement d’ouvrir une discussion, a déclaré le rédacteur en chef. Son honneur ne peut prendre un parti ou l’autre dans un débat religieux ou politique.»

James Sears, âgé de 55 ans, et l’éditeur LeRoy St. Germaine, âgé de 74 ans, ont été reconnus coupables en janvier de deux chefs d’accusation d’avoir fomenté la haine contre les femmes et les juifs relativement au contenu de 22 numéros du média Your Ward News, tiré à 300 000 exemplaires dans la région de Toronto et en périphérie, et ayant aussi une présence en ligne.

Entre autres choses, la publication dépeignait en mots et en images de vicieux stéréotypes sur les Juifs, niait l’Holocauste, et affirmait que les femmes étaient inférieures et qu’elles étaient responsables des viols à leur endroit.

Chaque chef d’accusation est passible d’une peine maximale de six mois, mais le ministère public fait valoir que les peines devraient être purgées de manière consécutive.

La défense a fait valoir qu’une peine avec sursis de quatre mois serait appropriée.

Dans ses observations, la procureure de la Couronne, Erica Whitford, a cité plusieurs déclarations d’impacts de victime et d’impacts sur la communauté.

«Avec la livraison de Your Ward News à la porte, il n’y a nulle part où se sentir en sécurité», a affirmé la procureure, citant un résidant juif.

Le discours de haine, a dit Mme Whitford, «frappe au coeur des valeurs canadiennes». La glorification de la violence à l’égard des femmes leur a fait sentir qu’elles étaient vulnérables, certaines en ont été traumatisées et cela a eu tendance à nuire à la cause de l’égalité dans son ensemble, a-t-elle déclaré.

Le juge Blouin a déclaré qu’il prononcerait la peine le 31 mai.