La circulation était infernale dans le secteur du Carrefour de l’Estrie, mercredi matin, lors de l’ouverture du nouveau magasin SAIL.

Ouverture du SAIL: congestion monstre et file d'attente

Une vraie expédition attendait les premiers clients du magasin SAIL, mercredi, qui se sont déplacés par centaines afin d’y entrer dès la première journée. Pourquoi plusieurs se sont-ils infligé plus d’une heure d’attente, à une température qui avoisinait les - 12 degrés Celsius, lors de l’ouverture des portes? « Les rabais », a-t-on répondu unanimement.

Amélie et Élisabeth, 21 ans, ont rebroussé chemin lorsqu’elles ont vu la file de près de 500 personnes devant le magasin du 620, rue Jean-Paul Perrault, peu avant l’ouverture prévue à 9 h.

À LIRE AUSSI: Le magasin SAIL ouvre en grand

« On est allées déjeuner avant et on est revenues faire la file ensuite », a expliqué Amélie, affirmant que les réductions offertes valaient bien l’attente. Elle comptait bien en profiter pour se procurer un sac à dos. 

Certains rabais et promotions avaient été annoncés uniquement pour la journée du 13 novembre, alors que d’autres sont en vigueur jusqu’à dimanche. On laissait entrer les gens par groupe d’environ 50. Le commerce ne peut accueillir que de 400 à 500 personnes à la fois.

Se stationner dans les environs n’avait rien d’évident. Les deux amies ont d’ailleurs dû se tourner vers le stationnement de l’Aubainerie, à quelques minutes de marche, pour s’éloigner des complications. 

Suzanne Pouliot et sa fille, Catherine, avouent même avoir laissé leur véhicule au Winners. La congestion refoulait effectivement jusqu’à la hauteur de ce magasin sur le boulevard de Portland, mercredi matin. 

Heureuses de finalement pouvoir se réchauffer après avoir passé 1 h 10 à l’extérieur, les Pouliot ont été attirées sur les lieux par la curiosité. « On est habituées d’aller au SAIL du Quartier DIX30, alors on voulait venir voir les rabais qu’il y aurait ici. On est venues regarder des vêtements et des manteaux surtout, on ne chasse pas et on ne pêche pas », partage Suzanne Pouliot.

« Je pense qu’on s’est tous fait avoir par la pub. On veut voir les rabais qu’il y a en dedans », sourit Mathieu Clément, à quelques personnes de finalement pouvoir entrer dans le commerce. Lui et Karl Landry ont attendu plus d’une heure en cette froide journée. « Plus tu attends, plus tu as envie de partir, mais en même temps, tu avances! » constate M. Landry. 

Ruptures de stock

Le président de SAIL plein air, Normand Décarie, s’est dit extrêmement satisfait de l’affluence. « Les gens sont patients! À l’heure où on se parle [10 h 30], il y a une file d’environ 300 personnes pour les caisses. On commence également déjà à manquer de grandeurs et de couleurs pour certains modèles », disait-il, confirmant que de manière générale, les clients qui entraient achetaient vraiment. 

Une centaine d’employés étaient sur place pour accueillir les clients, dont plusieurs du siège social, qui étaient venus de Laval pour prêter main-forte. 

« On s’est installés à Sherbrooke parce qu’il y a beaucoup de parcs, de rivières et d’occasions de plein air. Ça fait partie de notre ADN », a-t-il également noté, estimant que 10 000 personnes devraient visiter la nouvelle succursale d’ici à la fin de semaine. 

Chaos sur le réseau routier

L’ouverture du nouveau magasin a aussi créé un véritable chaos sur l’autoroute 410 mercredi matin à la hauteur du Carrefour de l’Estrie.

La voie rapide était à éviter peu avant 9 h. On pouvait observer un important bouchon dans les deux sens. Le refoulement atteignait même l’autoroute 10.

Le secteur était encore congestionné en fin d’avant-midi.

Les policiers ont été appelés à se rendre sur place pour rendre la circulation plus fluide, indiquait Martin Carrier, porte-parole du Service de police de Sherbrooke.

« Le secteur était à éviter. Nous demandions aux gens de prendre un chemin alternatif s’ils n’ont pas à se rendre dans ce secteur », a-t-il commenté.

« C’est une situation problématique, car il y avait énormément de trafic et de congestion. »

+

Le Momo Sports se préparait depuis un an à l’arrivée du SAIL à Sherbrooke. Malgré l’ouverture de ce compétiteur tout près, le propriétaire du Momo Sports, Michel Poisson, a été agréablement surpris par l’affluence de clients dans son propre magasin, mercredi.

Journée record chez Momo Sports

Alors que la première journée d’activités du SAIL a suscité la curiosité de plusieurs citoyens, le magasin Momo Sports est loin de baisser les bras face à cette nouvelle compétition installée à 200 mètres de ses locaux de Sherbrooke. L’entreprise ancrée en ville depuis près de 38 ans se félicite plutôt d’avoir réalisé une de ses journées de ventes record, mercredi. 

« On s’est fait féliciter pour notre bon service par presque tous les clients qui entraient. C’était une très belle journée de reconnaissance pour nous », partage l’un de propriétaires, Michel Poisson.

Des employés qui n’étaient pas à l’horaire ou travaillant habituellement dans les bureaux sont même venus donner un coup de main, relate celui qui a été surpris par une file d’une centaine de personnes devant son magasin, mercredi matin. 

« On le savait depuis un an qu’ils [le magasin SAIL] s’en venaient. On était préparés à se battre; on est des bagarreurs. On n’était pas contents au début, mais après, on les a examinés. On savait qu’ils mettraient minimum 20 % de rabais, alors on l’a fait aussi. On a acheté plein de marchandise en conséquence, on connaissait tous leurs rabais. On a rentré la même marchandise pour être sûrs qu’on les compétitionnait dans les mêmes produits et même plus », explique M. Poisson, insistant sur certaines disciplines, comme le vélo, le soccer, le ski et le hockey pour lesquelles ce nouveau voisin ne représenterait pas une compétition. 

Débordements

Mercredi, M. Poisson a remarqué que plusieurs personnes visitant le SAIL se stationnaient jusque chez Momo Sports, la congestion étant plutôt importante en raison de l’ouverture du premier. « Mais ce n’est pas grave, ils venaient faire un tour chez nous par la suite! »

En ce qui a trait à la main-d’œuvre, M. Poisson affirme que la présence de ce nouveau joueur n’a pas eu d’impact sur son équipe. « Je n’ai pas perdu un employé, et ça fait plusieurs mois qu’ils recrutent. On a des employés qui sont ici depuis 20, 30 ans », insiste-t-il. 

Chez les autres compétiteurs

Le Sports Experts du Carrefour de l’Estrie a connu pour sa part une belle journée « pour un mercredi ». 

« C’est sûrement en partie allouable à l’ouverture du SAIL : le monde attire le monde. Il y a aussi la température qui a joué en notre faveur. Hier [mardi], ce n’était pas praticable. Aujourd’hui [mercredi], il faisait beau, il faisait froid, il y avait de la neige », affirme Simon Gagnon, copropriétaire du magasin.

Même si des promotions ont été spécialement pensées dans la succursale pour faire concurrence au nouveau venu, et qu’une remorque publicitaire a été « stratégiquement » positionnée, bien en vue au bord du boulevard de Portland, M. Gagnon ne se dit pas inquiet. « On a évalué à environ 10 % les marques que nous tenons et qui se retrouvent également là-bas », explique-t-il.   

Le magasin Éconosports n’a pas souhaité commenter l’arrivée du nouveau commerçant. 

Il n’a pas été possible de joindre le propriétaire de la boutique Atmosphère de Sherbrooke, mercredi.