Outaouais: chien abattu après avoir mordu deux hommes, dont son maître

PONTIAC - Deux hommes ont été gravement blessés par les morsures d’un chien en milieu de soirée, mardi, à Pontiac, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Gatineau.

Les deux hommes ont été transportés à l’Hôpital de Hull, à Gatineau, pour d’importantes blessures aux bras. En fin de nuit, mercredi, on ne craignait plus pour leur vie, mais l’un d’eux a dû être confié aux soins d’un hôpital de Montréal afin de subir une chirurgie.

Selon ce qu’a appris la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, c’est d’abord un homme âgé de 40 ans qui a été attaqué vers 20h30 à l’extérieur de sa résidence de la route 148 par son propre chien, dont on ignore la race. Lorsqu’un proche, un homme de 69 ans, est venu à son aide, il a été mordu à son tour.

Le sergent Martin Fournel rapporte que des voisins ont assisté aux attaques du chien. L’un d’eux, Marcel Lamoureux, a raconté à des médias qu’il s’était rapidement muni d’une pièce de viande afin d’attirer la bête dans une remise et l’y enfermer provisoirement, ce qu’a confirmé la police.

Il a alors porté secours aux blessés, en compagnie des policiers arrivés sur les lieux.

En compagnie de préposés du service de contrôle animalier de la SPCA de l’Outaouais, les policiers ont pris un certain temps pour établir une stratégie visant à faire sortir le chien de la remise.

Cependant, même si la police souhaitait capturer l’animal vivant, il était incontrôlable et s’il s’était échappé, il aurait pu représenter une menace pour le voisinage.

Une technique a donc été utilisée pour que la police l’abatte avec un projectile d’arme à feu. Le sergent Fournel affirme que cette décision avait reçu l’approbation du propriétaire du chien.

Aucune plainte n’avait été rapportée dans le passé à la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais à propos de ce chien, mais son propriétaire a déjà reçu un avertissement verbal de la part d’un policier pour une violation d’un règlement municipal. Dans les sept municipalités patrouillées par ce service de police, dont celle de Pontiac, certaines races de chien sont interdites.

Le cadavre du chien a été transporté par des préposés de la SPCA qui en détermineront la race. L’enquête sur les raisons de l’attaque demeure en cours.