Le président du Comité de protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets, Scott Moffatt, croit que le plan directeur apportera de la crédibilité aux cibles de la Ville d’Ottawa.

Ottawa présentera un plan zéro émission

Réduire complètement ses émissions de gaz à effet de serre (GES), est-ce réaliste ? La Ville d’Ottawa dévoilera un plan le mois prochain qui permettrait d’y arriver d’ici 2050.

Un plan directeur à long terme pour combattre les changements climatiques sera présenté au Comité de protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets (CPEEGD) de la Ville lors de sa réunion du 17 décembre.

« Nous avons octroyé le mandat à un consultant de nous proposer un modèle qui détaille ce qu’il faudrait pour atteindre ces cibles d’émissions dans tous les secteurs de notre économie locale. Vous verrez des stratégies dans le secteur immobilier, des transports, dans la façon dont nous gérons nos services publics et nos opérations », explique le directeur du service de la planification, de l’infrastructure et du développement économique, Stephen Willis.

Le dépôt prochain de ce rapport a été évoqué par des fonctionnaires de la municipalité mardi durant la présentation du budget provisoire de la CPEEGD, notamment pour souligner qu’un plus grand nombre de mesures pour diminuer les émissions de GES doivent être mises de l’avant à compter de 2021.

Rappelons que la Ville a adopté l’an dernier une cible de 80 % de réduction de GES d’ici 2050. Le plan directeur qui sera dévoilé dans un mois établit deux scénarios : l’atteinte de cette cible, mais aussi celle de l’élimination complète des émissions de GES — objectif adopté par 66 pays lors d’un sommet sur le climat en septembre dernier.

Le président du CPEEGD et conseiller municipal, Scott Moffatt, croit que le plan directeur apportera de la crédibilité aux cibles de la Ville d’Ottawa, même si le conseil municipal maintient les orientations adoptées en 2018.

« Des cibles c’est bien, mais si on n’identifie pas les moyens pour les atteindre, ça ne veut rien dire, souligne M. Moffatt. Je peux établir une cible la semaine prochaine de ramassage de 10 000 tonnes de déchets. S’il n’y a pas 10 000 tonnes de déchets à ramasser, qu’est-ce qu’on fait ? On s’en fout parce que j’ai décidé d’une cible et qu’on doit l’atteindre ? »

Les détails de ce plan directeur n’ont pas été dévoilés, mais M. Willis indique que c’est en transport et dans la mise à niveau de son parc immobilier que la Ville pourra réaliser les gains les plus importants.

Si Ottawa devient un jour une ville sans émission de GES, on compte également sur d’autres progrès technologiques, sur les efforts des citoyens et sur l’aide financière du fédéral et du provincial.

« La Ville ne peut y arriver seule. La Ville ne peut financer seule l’entièreté d’un plan directeur sur les changements climatiques », affirme Scott Moffatt.