Le chef David Walkem (à droite), de la communauté de Cook's Ferry, en Colombie-Britannique, a déclaré mardi qu'une partie du projet impliquerait que sa nation renoue avec le territoire, après des décennies d'influence industrielle qui remonte jusqu'à la «ruée vers l'or» au 19e siècle.

Ottawa espère que les Autochtones seront les anges gardiens de l'environnement

SIDNEY, C.-B. — Des leaders autochtones de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Nunavut ont signalé à la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, que la réconciliation nationale impliquait la reconnaissance et le soutien des liens profonds que leurs peuples entretiennent avec le territoire.

Les dirigeants prenaient part mardi à Sidney, en Colombie-Britannique, à une cérémonie au cours de laquelle le gouvernement fédéral a annoncé un financement de 5,7 millions $ pour 28 projets autochtones choisis dans le cadre du «Programme pilote des gardiens autochtones», voué aux efforts de conservation de l'environnement.

La ministre McKenna a soutenu que ce programme reconnaît les droits et les responsabilités des peuples autochtones à l'égard de la terre et des eaux de leurs territoires traditionnels.

Elle estime que le soutien financier d'Ottawa permettra aux communautés autochtones des Premières Nations, des Métis et des Inuits «d'effectuer leur travail d'intendance en vue de protéger les secteurs et les espèces vulnérables, à surveiller la santé écologique et à maintenir les sites culturels autochtones».

Le chef David Walkem, de la communauté de Cook's Ferry, en Colombie-Britannique, a déclaré mardi qu'une partie du projet impliquerait que sa nation renoue avec le territoire, après des décennies d'influence industrielle qui remonte jusqu'à la «ruée vers l'or» au 19e siècle.

La ministre McKenna a soutenu mardi que les peuples autochtones comprennent l'importance d'agir maintenant pour protéger l'environnement du Canada et la biodiversité. Elle estime que ce Programme pilote des gardiens autochtones leur offre «l'aide dont ils ont besoin pour être les meilleurs gardiens possible des terres, eaux et glaces sur leurs territoires traditionnels».