Jérémie Viktor Lagacé

Meurtre d'un touriste français: 13 ans de prison pour Jérémie Viktor Lagacé

NEW CARLISLE — Le juge Guy de Blois, de la Cour supérieure, s’est rangé jeudi derrière la suggestion commune présentée deux jours plus tôt par la poursuite et la défense, et il impose une peine d’au moins 13 ans de prison à Jérémie Viktor Lagacé, pour le meurtre sans préméditation du touriste français Fabrice Durand, le 22 août 2017.

En plaidant coupable à une accusation de meurtre sans préméditation le 28 mars, Jérémie Viktor Lagacé, 24 ans, héritait automatiquement d’une peine de prison à perpétuité, mais il devenait potentiellement admissible à une libération conditionnelle au bout de 10 ans.

Lors des observations sur la peine mardi, le procureur des poursuites criminelles Guy Loisel et l’avocate de la défense Catherine Mercier avaient suggéré 13 ans avant l’admissibilité à une libération conditionnelle.

Le juge de Blois a trouvé «cette suggestion adéquate, confirmée par la jurisprudence». Il a souligné les mêmes arguments atténuants que les deux parties, une petite enfance difficile dans un orphelinat en Russie, l’alcoolisme fœtal dont il a souffert en raison de l’alcoolisme et la toxicomanie de sa mère et l’intimidation dont il a souffert à l’école.

Le juge a aussi évoqué son jeune âge et les médicaments antidépresseurs pour lesquels il avait une ordonnance, et qu’il n’a pas pris au cours de la période précédant son geste à l’endroit de Fabrice Durand, tué par une décharge de carabine à la tête alors qu’il marchait en compagnie de sa conjointe, Ludivine Marcoux, dans le sentier des Chutes à Picot, à Saint-André-de-Restigouche, en Gaspésie.

Des vies détruites

Le magistrat a également indiqué que le plaidoyer de culpabilité enregistré par Lagacé avait constitué un élément atténuant dans la détermination de son admissibilité à une libération conditionnelle.

Il a d’autre part signalé que la gravité du geste avait détruit des vies et que les antécédents du jeune homme avaient constitué un facteur aggravant. Lagacé avait déjà été soumis à une ordonnance de s’abstenir de posséder ou d’utiliser une arme pendant cinq ans après s’en être servi pour abattra le chien de son ex-professeur. Il avait aussi volé des munitions.

Jeudi, le juge l’a obligé à donner un échantillon de substance corporelle afin que son profil génétique puisse être gardé par les autorités. Il lui a interdit de communiquer avec les familles Durand et Marcoux, excepté la mère de Fabrice Durand, Séverine Andronnet. Elle l’a autorisé à lui écrire une lettre au cas où il voudrait lui expliquer pourquoi il a tiré sur son fils.

À la sortie du tribunal, le procureur aux poursuites criminelles Guy Loisel a rappelé que Jérémie Viktor Lagacé ne sera pas automatiquement libre après 13 ans de prison. «Il devra démontrer qu’il a progressé».

«Suggestion nettement raisonnable»

Marcel Guérin, collègue de Me Mercier à la défense, a salué la décision du juge de Blois. «C’est une suggestion nettement raisonnable, faite, songée, pensée pendant deux semaines par deux procureurs d’expérience. Il devait concourir […] Pour avoir plus de 15 ans de prison, il aurait fallu prouver qu’il s’agissait du pire des crimes, commis par le pire des criminels».

Me Guérin souligne que «personne n’est venu témoigner à cet effet», en parlant de la dangerosité de Lagacé, même si son tir à l’endroit du Français a été «volontaire, mais sans préméditation» et de «propos délibéré», parce que l’accusé l’a admis.

Me Guérin sait-il pourquoi son client a tiré, le 22 août 2017? «J’ai l’impression qu’on ne le saura jamais. Ce sera sûrement la première question qui lui sera posée par la Commission des libérations conditionnelles. Pourquoi, M. Lagacé, avez-vous posé ce geste?»

Jérémie Viktor Lagacé est père de deux enfants. Il a écrit un court message qui a été lu mardi à l’attention des familles de la victime, dans lequel il se disait «triste», qu’il avait «mal en dedans» depuis la tragédie, et qu’il avait «énormément de regrets».

À LIRE AUSSI : Jérémie-Viktor Lagacé plaide coupable pour le meurtre d'un touriste français