Sylvain Thibeault, 56 ans, a été accusé lundi du meurtre sans préméditation d’Angèle Boucher, au palais de justice de Gatineau.

Meurtre à Fassett: l’accusé ne pouvait communiquer avec la victime

Le présumé meurtrier d’une octogénaire de Fassett aurait fait fi d’une interdiction du tribunal de communiquer « de quelque façon que ce soit » avec cette dernière, le jour du drame.

Sylvain Thibeault, 56 ans, a été accusé lundi du meurtre sans préméditation d’Angèle Boucher, au palais de justice de Gatineau. Ce dernier est connu des policiers depuis les années 1980. Il a résidé pendant une dizaine d’années chez Angèle Boucher, unique propriétaire du 4, rue Lafleur, à Fassett.

La Sûreté du Québec (SQ) confirme être intervenue vendredi dans ce village de la Petite-Nation pour mettre fin à une altercation entre l’homme et la femme.

Sylvain Thibeault a d’abord été arrêté pour voies de fait graves, peu après 22 h 15, vendredi.

L’accusation initiale s’est transformée en un chef beaucoup plus grave de meurtre sans préméditation moins de 24 heures plus tard. La victime a succombé à ses blessures samedi, à l’Hôpital de Gatineau. Elle aurait été sauvagement battue devant sa résidence.

Mme Boucher avait accepté d’héberger M. Thibeault malgré son lourd passé judiciaire. 

En échange de cet hébergement, ce dernier aurait agi en tant que pair aidant pour la dame âgée. 

Le climat entre les deux colocataires s’est envenimé pour une raison toujours nébuleuse, mais la consommation de drogue et d’alcool du suspect ne serait pas étrangère à cette dérive meurtrière.

Selon l’avocat de la défense, Me Vincent Mendo, Sylvain Thibeault était sous le choc d’apprendre que la dame avait finalement rendu l’âme.

Communication interdite

Des documents judiciaires consultés par Le Droit confirment qu’il a été formellement interdit à M. Thibeault de communiquer avec Angèle Boucher, il y a quelques semaines.

Sylvain Thibeault a dû déménager afin de respecter cet ordre.

Qu’elle soit consensuelle ou non, la dernière visite de vendredi, à Fassett, a valu au suspect deux accusations de non-respect d’un engagement du tribunal.

Ces deux chefs liés à l’interdiction de ne pas communiquer avec Mme Boucher se sont automatiquement ajoutés au dossier de meurtre.

Le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la SQ poursuit son enquête. Le coroner doit par ailleurs confirmer la cause exacte du décès de Mme Boucher dans les prochains jours.

Me Mendo, a reçu les premières preuves au dossier, lundi midi. Une trentaine de pages et six DVD lui ont été remis par le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Le dossier a été remis à la fin du mois de février.

Antécédents

Sylvain Thibeault a eu ses premiers démêlés avec la justice dans les années 80 lorsqu’il habitait dans les environs de Pointe-Gatineau.

En 1999, les autorités lui ont interdit de posséder des armes à feu pour une période de 10 ans. Dans cette affaire, la police de la MRC des Collines l’avait arrêté pour agression armée.

En 2008, il est retourné devant le juge pour introduction par effraction, présence illégale dans une maison d’habitation, voie de fait simple et conduite avec les capacités affaiblies. Il a multiplié les chefs de non-respect des conditions du tribunal depuis 2009.