Mathieu Brunelle a généré près de 300 millions de vues depuis le lancement de sa chaîne Misty Chronexia, en 2014.

Mathieu Brunelle, un youtubeur avec plus de 1,2 million d’abonnés

On dit que nul n’est prophète en son pays. Mathieu Brunelle peut le confirmer. De son studio aménagé dans sa résidence de Cowansville, le jeune trentenaire rejoint plus de 1,2 million d’abonnés sur sa chaîne YouTube, ce qui fait de lui une véritable star dans l’univers des «animes».

Misty Chronexia fait en effet fureur auprès des amateurs de séries d’animation japonaises — les animes —, le pendant des célèbres bandes dessinées japonaises connues sous le nom de mangas.

La plupart de ces mordus sont de jeunes adultes de 18 à 35 ans, dont les trois quarts sont des hommes, indique Mathieu Brunelle. Près de la moitié de ses abonnés habitent les États-Unis, les autres étant disséminés aux quatre coins du globe. Seulement 4 % de son auditoire provient du Canada...

Devant un tel portrait, on comprend aisément pourquoi ce francophone de naissance a choisi sa langue seconde comme outil de communication. « Ça me permettait de pratiquer mon anglais et de rejoindre une plus grande clientèle », dit-il.

Adon et chance 

Natif de Cowansville, Mathieu a fait ses études secondaires au Collège Mont-Sacré-Coeur de Granby, avant de poursuivre sa formation en cinéma, pour ensuite obtenir un diplôme en modélisation 3D. « J’ai cherché un travail dans ce domaine, mais je ne trouvais pas exactement ce que je cherchais », raconte le vidéaste web.

Son métier s’est dessiné « un peu par adon, un peu par chance ». Déjà actif sur YouTube, où il se filmait durant des séances de jeu vidéo commentées, il a un jour mis en ligne une vidéo dans laquelle il abordait le thème des animes. « J’avais une bonne connaissance du sujet. J’ai eu 100 000 vues, alors j’ai décidé de me lancer là-dedans. J’avais trouvé une niche encore peu exploitée, avant que ça ne devienne populaire. »

Ses Top 10 sont rapidement devenus sa marque de commerce. Top 10 des meilleurs animes d’action ou de sport, Top 10 des plus effrayants, Top 10 des plus drôles...

« Je touche à tous les genres. Mon travail, c’est de connaître tout ce qui se fait sur le marché, même ce qui s’adresse aux enfants. À ma connaissance, il existe 9000 séries d’anime... », glisse-t-il tout bonnement. Dans cette gigantesque librairie, sa chaîne permet ainsi aux amateurs de visionner ce qui s’y fait de mieux, sans passer des heures à chercher.

Résultat, Misty Chronexia est devenu un véritable phénomène : Mathieu Brunelle a généré près de 300 millions de vues depuis le lancement de sa chaîne en 2014.

Le secret de son succès s’explique de plus d’une façon, croit-il. Il a non seulement trouvé un contenu spécialisé, mais il a aussi su mettre dans son travail une bonne dose de constance, et beaucoup — beaucoup — d’expertise. Au fil des années, ses connaissances en la matière ont fait de lui une référence incontournable, admet-il sans prétention.

« Mais pour que les gens se connectent à ta chaîne et te suivent, au-delà du contenu, ça prend une personnalité unique. C’est la personne, son style et son charme qui vont attirer le monde. »

La somme de travail fait également toute la différence. En y investissant plusieurs dizaines d’heures par semaine — incluant la recherche, la paperasse, le tournage et le montage de vidéos, sans compter ses autres engagements professionnels — le youtubeur « a longtemps été le numéro un » sur le thème des animes. Depuis qu’il est devenu papa de deux fillettes, le jeune homme sait mieux doser son temps, consacrant à Misty Chronexia un horaire plus régulier.

Virtuel et payant

Sans surprise, Mathieu vit très bien de ce métier méconnu et un peu intangible, grâce aux annonceurs qui se bousculent sur son site. « Des compagnies m’envoient des offres de publicité et je choisis. Je connais mon audience et ce qu’elle aime. Je sais, par exemple, que les noix bio ne touchent pas vraiment mon public cible », illustre-t-il en riant.

Et même si son occupation est largement virtuelle, le Québécois s’offre régulièrement des plongeons dans la réalité. Grâce à sa renommée, on l’invite à prononcer des conférences dans des conventions internationales liées à l’animation japonaise. Il revient d’Irlande et d’Angleterre, et prévoit assister à quatre événements du genre en Amérique du Nord au cours de l’été. On le verra notamment au festival Otakuthon de Montréal en août prochain.

« Dans ces conventions, je m’adresse aux fans sur une scène, je réponds à leurs questions et je signe des autographes. Lors de l’Anime Expo à Los Angeles, où il y a plus de 100 000 personnes, je te jure, je peux rester trois heures sur place à signer des autographes. Je dois me promener avec un masque si je ne veux pas être reconnu... »

Un phénomène, qu’on vous disait !