Marie-Jeanne Parent (à gauche) s’est inclinée par décision partagée en demi-finale contre l’Anglaise Sandy Ryan, la médaillée d’argent aux Mondiaux de 2014.

Marie-Jeanne Parent en bronze aux Jeux du Commonwealth

Marie-Jeanne Parent rentrera des Jeux du Commonwealth avec une médaille de bronze. Mais encore mieux, la boxeuse de Saint-Émile rapporte d’Australie un rêve olympique plus vivant que jamais.

Et ça, pas besoin de le déclarer aux douanes. Pas plus que les heures de plaisir à surfer dans la région de Gold Coast, au lendemain de sa demi-finale perdue par décision partagée (4-1) aux poings de la vice-championne du monde de 2014, l’Anglaise Sandy Ryan. En boxe amateur, une médaille de bronze est attribuée aux deux demi-finalistes déçus.

Quand Le Soleil a joint Parent mercredi soir, heure du Québec, elle était en route vers la plage en ce beau jeudi matin australien. «Je m’attendais à ce qu’elle soit vraiment, vraiment bonne, mais personne ne m’avait dit qu’elle était médaillée d’argent aux Championnats du monde!» lance celle qui s’aligne dans la catégorie des 69 kg (152 lb).

«Quand j’ai su ça après, j’ai dit aux autres membres de l’équipe canadienne : “Vous auriez pu m’en glisser un mot avant! ” En tout cas, j’ai donné tout ce que je pouvais dans les circonstances et j’ai eu une décision partagée, alors je suis contente.»

Même si Ryan s’avère une figure connue sur la scène mondiale en boxe amateure, Parent n’en avait jamais entendu parler. Il faut dire que la Québécoise de 22 ans en était à sa toute première compétition internationale.

Le 1er mars, à 35 jours de l’ouverture des Jeux, elle a été appelée à remplacer la double championne des Jeux panaméricains, l’Ontarienne Mandy Bujold. L’olympienne de 2016 s’est retirée pour ne pas avoir à s’établir à Montréal, où Boxe Canada centralisait ses athlètes, et pour se concentrer sur son avenir professionnel dans le ring.

Parent s’y attendait «zéro», dit-elle. Mais était de toute façon en pleine préparation pour défendre son titre aux Championnats canadiens. Ses plans ont vite changé et le niveau de nervosité a encore grimpé.

À son premier combat de quart de finale, victoire unanime de 5-0 aux dépens de la Kenyane Lorna Simbi, elle affirme justement n’avoir boxé qu’à 50 % de son potentiel à cause du «stress tellement élevé». Les juges n’y ont vu que du feu et aucun des cinq n’a accordé le moindre des trois rounds à sa rivale.

Future enseignante

Étudiante en enseignement au primaire à l’Université Laval, elle gagne un peu d’argent à travailler dans un café des Halles de Sainte-Foy, pas loin du campus. Mais plus pour longtemps puisqu’à compter de juillet, elle s’installera à Montréal.

Pour rejoindre celui qui l’a entraînée durant trois ans à Québec, Vincent Auclair. Qui lui est parti dans la métropole s’occuper d’espoirs professionnels comme Clovis Drolet et Vincent Thibault.

Tout ce beau monde vient du gymnase Le Cogneur, de la famille Bizier, maintenant établi dans Limoilou. Joueuse de soccer avant tout, Parent s’est mise à boxer à l’âge de 13 ans, sous les conseils de l’entraîneur Pierre Marceau.

«J’ai commencé pour faire comme mon frère et on est allés aux Gants de bronze, ensemble. Et j’ai gagné!» se remémore celle qui évolue par contre depuis un an sous l’égide d’Ève Fortin et de François Duguay, du club Empire de Sainte-Foy, temple sportif situé près de l’université.

Avec encore un stage à suivre pour compléter son baccalauréat et de plus grandes ambitions dans le ring, le moment semble bien choisi pour tenter le coup à Montréal, «là où ça se passe», comme elle le dit.

Cette médaille consolide sa place au sein de l’équipe canadienne et, surtout, sa confiance. Les championnats continentaux sont maintenant dans sa mire pour août et l’objectif principal de 2018 se trouve en Inde, quelque part en novembre, pour les Mondiaux.

 «Les Championnats du monde ont toujours été sur ma liste de choses à faire dans la vie, mais le rêve, le but ultime de tout athlète, c’est les Jeux olympiques. Je pense à 2020. Je ne mets pas tous mes pions là-dessus, mais ça devient plus accessible», conclut-elle.