Le député de Pontiac André Fortin a interpellé le ministre de la Santé.
Le député de Pontiac André Fortin a interpellé le ministre de la Santé.

Manque de personnel en santé: « payez-les », réclame André Fortin

Catherine Morasse
Catherine Morasse
Le Droit
Alors que le manque de personnel maintient fermée l'unité des soins intensifs à l'Hôpital de Gatineau, la pilule ne passe pas pour André Fortin. Le député de Pontiac a exprimé son indignation mardi, à l’Assemblée nationale, où il a sommé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, d’intervenir : «payez-les».

Des délais pour passer un test de dépistage pour le coronavirus, des résultats qui tardent à venir, des chirurgies repoussées à l’Hôpital de Hull, les services d’obstétrique fermés à l’Hôpital du Pontiac : à l’aube d’une deuxième vague de COVID-19, le manque de personnel dans les établissements de santé de l’Outaouais se fait sentir, a soulevé André Fortin lors de la période de questions. « [Dans] la région, l’enjeu est clair : il manque d’infirmières, et la solution elle est simple : payez-les, sinon les infirmières vont continuer de traverser la rivière et d’aller travailler à Ottawa et les patients vont continuer d’écoper par manque d’infirmières », a-t-il lancé au ministre de la Santé et des Services sociaux.

À LIRE AUSSI : Accès au dépistage: les gestionnaires du CISSSO «se traînent les pieds», dénonce Maryse Gaudreault

À LIRE AUSSI : Un bris de service à durée indéterminée à l'Hôpital de Gatineau

Dans le contexte actuel de la pandémie, « l’exemple parfait d’une région où l’inquiétude est à son comble, c’est l’Outaouais », a observé M. Fortin d’entrée de jeu.


« On ne parle pas d’une clinique de village qui doit se réorganiser, parce que sa seule infirmière est en congé; on parle de l’Hôpital de Gatineau. »
André Fortin

Notant que des patients nécessitant des soins intensifs étaient redirigés vers Maniwaki, Buckingham, « ou pire, Montréal » depuis l’interruption de ces services à l’Hôpital de Gatineau, le leader parlementaire de l’opposition officielle a talonné son collègue pour savoir ce que son ministère allait faire « pour garantir aux gens de la région qu’ils vont avoir accès à tous les soins nécessaires chez eux, en Outaouais ».

« M. le président, on ne parle pas d’une surspécialité qui n’est pas disponible temporairement; on parle des soins de base, des soins intensifs, a déploré le député libéral. On ne parle pas d’une clinique de village qui doit se réorganiser, parce que sa seule infirmière est en congé; on parle de l’Hôpital de Gatineau, dans la quatrième plus grande ville du Québec. »

Christian Dubé a répondu que « le contexte actuel de la pandémie [peut] avoir des dérangements importants dans notre réseau de la santé », et que l’augmentation des cas, comme celle que l’on observe en Outaouais, « [a] un impact sur le réseau ».

Le ministre caquiste a maintes fois rappelé l’importance pour la population de suivre les consignes sanitaires. « On vit ce problème-là dans plusieurs régions du Québec […]. Ce que j’aimerais dire aux citoyens de l’Outaouais, c’est que nous avons pris acte. Nous avons averti qu’il y avait une zone jaune qui arrivait. Nous les avons prévenus à l’avance. Nous savons que ça a un impact sur le dépistage. Nous sommes en train de prendre les moyens nécessaires pour être capables de régler le cas. »