Durant le mois de janvier 2017, Alexandre Bissonnette a effectué au total 44 recherches sur des tueries.

L'ordinateur de Bissonnette en dit long

Le contenu de l’ordinateur d’Alexandre Bissonnette révèle à quel point le tireur a planifié le massacre à la Grande Mosquée de Québec; en plus de faire des recherches sur des tueries de masse à travers le monde, le meurtrier s’est renseigné durant plusieurs jours sur l’utilisation d’armes à feu et les tactiques de défense.

Pour s’opposer à la diffusion par les médias d’images de la tuerie de Québec, le ministère public a déposé en preuve quelques pages du rapport d’analyse sur l’extraction informatique de l’ordinateur d’Alexandre Bissonnette. Le travail d’analyse a été fait par l’Équipe intégrée sur la sécurité nationale de la GRC.

On apprend dans ce document que, durant toute la semaine avant la tuerie du 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette a fait 23 recherches informatiques sur des armes à feu. Il s’intéressait à l’arme de poing Glock 43 et à ses méthodes de lubrification et de nettoyage. Il a également consulté des sites Web sur des tactiques de défense.

Le jeune homme a aussi fait des recherches sur YouTube en utilisant les mots-clés active self defense, glock 17, active offense guns, entre autres.

Tueries à travers le monde

À partir du 1er janvier 2017, Alexandre Bissonnette va suivre quotidiennement l’actualité du procès de Dylann Roof, ce suprémaciste blanc et néonazi déclaré coupable d’avoir tué neuf Afro-Américains lors d’une fusillade dans une église de Charleston en Caroline du Sud. Bissonnette s’est intéressé au journal de prison de Roof, à ses déclarations devant le tribunal et aux dessins qui avaient été faits du meurtrier en salle de cour.

Durant la même période, Bissonnette fait des recherches sur Justin Bourque, un homme de Moncton, au Nouveau-Brunswick, qui a tué trois gendarmes de la GRC et en a blessé deux autres. Les motivations de Bourque restent floues, notent les analystes de la GRC, mais l’homme était «impliqué dans des actions antigouvernementales et fasciné par les théories de conspiration». Bourque a été condamné à 75 ans de prison.

Au total, durant le mois de janvier, Bissonnette effectuera 44 recherches sur des tueries, principalement dans les écoles. Il s’informera notamment sur celle au collège allemand Winneden (15 morts) et sur celle au Lindhurst High School en Californie (4 morts).

Il visionnera aussi sur YouTube un montage d’extraits du film Polytechnique où Marc Lépine abat 14 étudiantes. Bissonnette regardera aussi un docu-fiction qui recrée, étape par étape, la tuerie de Columbine au Colorado, «ce qui permet de comprendre et d’apprécier les techniques utilisées par les tueurs lors de l’événement», font remarquer les analystes de la GRC.

Les analystes notent aussi dans leur rapport que «Bissonnette semble s’intéresser particulièrement aux conséquences des blessures par armes à feu avec certaines recherches.

Les deux experts, psychiatre et criminologue, qui ont témoigné pour la poursuite ont indiqué que, typiquement, les tueurs de masse s’inspirent grâce à des vidéos ou des images de tueries antérieures. D’où le danger, insistent-ils, de diffuser des images violentes.

LIRE AUSSI: Attentat à la Grande Mosquée: les débats se poursuivent