Le maire de Lévis Gilles Lehouillier

Lévis: le maire Lehouillier visé par des plaintes de harcèlement

Le maire Gilles Lehouillier fait l’objet de trois plaintes pour harcèlement psychologique déposées auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Radio-Canada révèle ce matin que les plaintes concernent des événements qui se sont déroulés lors du premier mandat du maire entre 2013 et 2017. Les situations alléguées concernent plusieurs «altercations verbales et une altercation physique», rapporte la société d’État.

Sous le couvert de l’anonymat, une ex-employée de son cabinet qui veut dénoncer «un cercle vicieux qui n’a pas de fin», raconte que le maire pouvait «déchirer et garrocher des dossiers» et qu’elle «vivait à coup de crisse et de tabarnac».

Le maire est dépeint comme un homme possessif. La plaignante relate qu’elle devait souvent accompagner M. Lehouillier, parfois dans les bars, à la fin des journées de travail, à l’extérieur du cadre professionnel, précisant n’avoir jamais fait l’objet d’avances sexuelles.

Le maire n’a pas voulu commenter les allégations. Une sortie publique est prévue ce jeudi à son agenda pour transmettre sa liste d’épicerie aux partis politiques en campagne électorale.