Lassonde poursuit son expansion avec l’acquisition des produits Sun-Rype, un fabricant de collations et de boissons à base de fruits de la Colombie-Britannique.

Les Industries Lassonde avalent les produits Sun-Rype

Le fleuron rougemontois Lassonde poursuit son expansion avec l’acquisition des produits Sun-Rype, un fabricant de collations et de boissons à base de fruits de la Colombie-Britannique.

La transaction de 80 millions de dollars inclut également ses deux compagnies affiliées localisées dans l’État de Washington, aux États-Unis. Advenant l’approbation de celle-ci par le Bureau de la concurrence après évaluation du dossier, l’achat devrait être officialisé en fin d’année moyennant des coûts de transaction de 1,5 million de dollars, indique-t-on par communiqué.

Employant 400 personnes, Sun-Rype a généré des ventes d’environ 164 millions de dollars dans l’année s’étant conclue le 30 septembre dernier.

Ses produits les plus connus sont distribués en épicerie, en pharmacie et dans des magasins grandes surfaces sous les marques Sun-Rype, Fruit to Go, FruitSource et Good Bites.

Lassonde, qui a auparavant acquis plusieurs autres marques dans l’industrie du jus de fruits et de ses dérivés, tels Apple & Eve, Old Orchard Brand et Clement Pappas & C, joindra l’utile à l’agréable puisqu’elle agissait déjà à titre de fournisseur pour certaines marques de The Jim Pattison Group, le cédant de Sun-Rype.

Sylvain Morissette est vice-président aux communications chez Lassonde.

Croissance exponentielle

Concrètement, l’acquisition de cette nouvelle filiale, fondée en 1946, consolidera la présence manufacturière de Lassonde dans l’Ouest canadien et dans le Nord-Ouest des États-Unis, ce qui permettra à l’entreprise de Rougemont de se positionner plus avantageusement dans ces marchés et de faire croître les gammes de produits actuelles.

« Au Canada, on était peu ou pas présents dans l’Ouest », mentionne Sylvain Morissette, vice-président aux communications pour le géant du jus de fruits.


« On mène plusieurs projets de front. En plus de croître par des acquisitions, on grandit par l’innovation, et on continue de travailler sur notre porte-folio de marques, qui inclut nos jus, mais aussi des sauces et du vin. »
Sylvain Morissette, vice-président aux communications chez Lassonde

Car c’est surtout l’expansion de l’entreprise aux États-Unis qui lui a été profitable dans la dernière décennie, dit-il.

« D’avoir fait le pas de l’autre côté de la frontière nous a permis de grandir de façon exponentielle, mentionne M. Morissette. Désormais, plus de la moitié de nos ventes et de nos revenus, c’est-à-dire 61 %, proviennent des États-Unis. »

« Cette transaction s’inscrit dans notre stratégie de croissance mesurée et constante et viendra renforcer notre compétitivité sur les marchés canadiens et américains », a pour sa part précisé Nathalie Lassonde, chef de la direction d’Industries Lassonde inc.

Impossible toutefois de tirer les vers du nez à quiconque sur d’éventuelles acquisitions qui permettraient d’asseoir davantage Lassonde dans sa position de chef de file.

« Il reste encore beaucoup de joueurs dans l’industrie du jus de fruits et de ses produits dérivés, a cependant reconnu M. Morissette, et la poursuite de la croissance de l’entreprise est dans notre plan stratégique de développement. »

« On mène plusieurs projets de front. En plus de croître par des acquisitions, on grandit par l’innovation, et on continue de travailler sur notre porte-folio de marques, qui inclut nos jus, mais aussi des sauces et du vin », poursuit-il.

Rappelons que Lassonde, qui a célébré son centenaire en 2018, emploie près de 2200 personnes dans sa quinzaine d’usines réparties au Canada et aux États-Unis.

La clôture de l’acquisition de Sun-Rype gonflera donc de 18 % le nombre de travailleurs de l’entreprise.

Les résultats du troisième trimestre de l’entreprise pour l’année 2019 seront dévoilés le 8 novembre prochain.