Deux périodes de prolongation ont été nécessaires pour départager les deux équipes. Les Young Nationals ont marqué en début de 5e période pour sceller l'issue de la rencontre. C'est Joseph Martino qui a joué les héros.

Les Cantonniers l'échappent encore

La malédiction qui s’abat sur le Québec à la Coupe Telus a encore frappé. Malgré un parcours parfait jusqu’à la finale, les Cantonniers de Magog ont échappé le match qu’il ne fallait pas. Les Young Nationals de Toronto ont disposé des Cantonniers par la marque de 2-1 en deuxième période de prolongation et ainsi succéder aux Hounds de Notre-Dame comme champions. Dans les deux cas, ce sont les Cantonniers qui ont perdu en finale.

Le Québec est donc toujours en quête d’une première coupe Telus depuis 2001. En 2000 et 2001, on avait eu droit à des couronnements québécois grâce aux Cantonniers et aux Gouverneurs de Sainte-Foy (maintenant le Blizzard du Séminaire St-François). Les équipes du Québec ont frappé à la porte à plus d’une reprise, mais les défaites cruelles en prolongation s’accumulent.

À lire aussi: Les Cantonniers joueront pour l’or

Robidas et Adam récompensés

Comme celle des Cantonniers contre Toronto au Fort William Gardens de Thunder Bay. Les Magogois menaient 1-0 au troisième vingt et les Young Nationals ont profité d’une mise au jeu pour provoquer l’égalité et forcer la prolongation. La rondelle a dévié à deux reprises avant de se loger derrière Olivier Adam après six minutes de jeu dans cet engagement. Le premier but des Torontois a été crédité à Thomas Harbour.

C’est après seulement une minute et 33 secondes de jeu en deuxième période de prolongation que les Young Nationals ont brisé le rêve des champions de la Ligue midget AAA du Québec lorsque Joseph Martino a déjoué Olivier Adam sur un jeu qui ne lui a donné aucune chance.

Des chances ratées

Les Cantonniers auraient pu mettre le match hors de portée bien avant le premier but des Young Nationals. Les chances ratées ont été nombreuses. Une rondelle s’est arrêtée sur la ligne rouge; Tristan Roy a lancé à côté d’une cage déserte; Zachary Barabé s’est échappé en infériorité numérique sans capitaliser. Et surtout, que dire du brio du gardien James Gray des Young Nationals qui a été mitraillé de 48 lancers. Gray a été sans l’ombre d’un doute le héros et le principal artisan du triomphe des siens, méritant d’ailleurs le titre du joueur du match pour les siens. Chez les Cantonniers, cet honneur a été décerné au jeune défenseur Félix Paquet.

Justin Robidas avait procuré les devants 1-0 aux Magogois en première période. Avant de retraiter au vestiaire après 20 minutes, les Magogois ont bourdonné autour de la cage de Gray, mais sans succès. Le gros but, celui qui aurait permis aux Cantonniers de doubler leur avance n’est jamais venu. Toutes ces occasions ratées ont fini par venir hanter la troupe magogoise plus tard.

Les adolescents de Félix Potvin, après avoir été quelque peu malmenés dans les 10 dernières minutes de la troisième période ont mieux fait lors de la première période de prolongation de 10 minutes, mais cela a été insuffisant. On connaît la suite.

Potvin déçu pour ses joueurs

Félix Potvin a trouvé les cérémonies d’après partie longues sur la glace. Il avait surtout le goût d’aller réconforter ses joueurs. « Je me demande comment fera le Québec pour gagner ce trophée. Combien de défaites en prolongation au cours des 10 dernières années? On a tout fait cette année pour aller jusqu’au bout. Il a fallu d’un seul jeu en deuxième période de prolongation pour faire la différence. Je pense aussi à leur seul but en temps réglementaire alors que la rondelle change de trajectoire deux fois avant de déjouer Olivier. Les gars ont tout donné et ils ont bien joué. Bien sûr, on affrontait une équipe de premier plan et eux aussi ont connu leurs bons moments. C’est juste normal. Mais si vous analysez la partie dans son ensemble, si vous regardez le chiffre des lancers (48-32) en notre faveur, je pense qu’on méritait un meilleur sort. Si on avait réussi à prendre les devants 2-0 le dénouement aurait été tout autre, mais ce n’est pas le cas. Rien ne sert de tourner le fer dans la plaie », a commenté le mentor des Magogois qui a eu une pensée aussi pour ses joueurs qui venaient de disputer leur dernière partie dans l’uniforme magogois.

« Les voir fixer la glace et pleurer, ils méritaient tellement mieux. J’ai de la difficulté de croire que je viens de les coacher pour la dernière fois. Ils méritaient mieux après une saison aussi remarquable. »

Pour le capitaine Jacob Dion, justice n’a pas été rendue. « Le match n’aurait même pas dû se rendre en prolongation. On a tout donné, mais la rondelle ne roulait pas pour nous. Je suis tellement fier de mes coéquipiers. Ce n’est pas la fin souhaitée pour nous. Je voudrais reprendre cette partie. C’est dur à avaler », a confié Dion.

Les citoyens de Magog ont encouragé leur équipe, qui disputait la finale de la Coupe Telus à quelque 1 700 kilomètres de la maison. Réunis au Liquor Store et au Chalet à Magog ainsi qu’au Caffuccino du Complexe sportif Thibault GM à Sherbrooke, les partisans des Cantonniers ont pu regarder la défaite crève-cœur des leurs, face au Young Nationals à Thunder Bay.

En vitesse : deux philosophies différentes

Difficile de prétendre que la philosophie du développement est la même pour les Cantonniers de Magog et les Young Nationals de Toronto, les deux finalistes de la Coupe Telus. À vous de juger. Les Young Nationals alignaient, outre les 16 ans, 12 joueurs de 17 ans et deux de 15 ans, comparativement à quatre 17 ans et 10 autres âgés de 15 ans chez les Cantonniers. Si vous vous demandez qui est était le quatrième joueur de 17 ans chez les Cantonniers, c’est le joueur affilié Gabriel Fontaine. Ce dernier aurait pu revenir à Magog disputer une troisième saison, mais il a donné priorité à ses études en techniques policières au cégep.

/////

Avant la grande finale, pas moins de six joueurs différents avaient été désignés « joueur du match » chez les Cantonniers. Olivier Adam, Isaac Belliveau, Justin Robidas, Jérémy Lapointe, Zachary Barabé et Tristan Roy l’avaient été à tour de rôle. Soyons francs ! Si on avait eu droit au système traditionnel des trois étoiles, le robuste ailier Olivier Picard aurait possiblement fait partie de cette sélection à deux ou trois reprises. Picard a été le joueur le plus impliqué physiquement parlant pour les Cantonniers. On se demande où il puisait son énergie pour terminer chaque partie.

/////

Plus on avançait dans le tournoi, plus il était clair que les joueurs adverses avaient l’ordre d’éviter le banc des punitions pour ne pas avoir à se défendre contre le jeu de puissance des Cantonniers. Les Magogois ont bénéficié de seulement trois avantages numériques dans la ronde des médailles.

/////

 Le Québec en était à une troisième présence de suite en finale de la Coupe Telus et une sixième en neuf ans.

/////

Côté animation musicale au Fort William Gardens lors des parties des Cantonniers, on a eu droit à des extraits de pièces de Marjo, Michel Pagliaro, Éric Lapointe et même de Bob Bissonnette. Pas certain que les joueurs se reconnaissaient, mais leurs parents, sans l’ombre d’un doute.

/////

Sean Wu, un des deux cerbères des Young Nationals de Toronto, est d’origine chinoise. Le gardien de 17 ans est venu au Canada pour apprendre et se perfectionner à sa position avec l’espoir un jour de jouer aux Olympiques pour son pays.

/////

Stéphane Dion, le père de Jacob, et le Magogois Sylvain Cournoyer, un ancien porte-couleurs des Cantonniers, étaient également en mission à Thunder Bay. Les deux avaient pris le mandat de transporter les bagages et l’équipement de tous les joueurs dans un camion cube pour l’aller et le retour. Tout près de 40 heures de route au total à se relayer derrière le volant. Évidemment, ils n’ont pas manqué d’encourager leurs favoris lors de leurs sept parties.

/////

Les Cantonniers arriveront à Magog en deux groupes lundi. Un premier groupe se pointera à l’aréna sur l’heure du souper et le second en début de soirée.

Le gardien des Young Nationals de Toronto James Gray a été la grande vedette de son équipe lors de la finale en effectuant 47 arrêts.