Les aînés qui bougent prennent de meilleures décisions

MONTRÉAL - Les aînés qui entament leur matinée avec une séance d’activité physique modérée ou intense améliorent leurs performances cognitives pour le reste de la journée, assure une étude australienne publiée par le British Journal of Sports Medicine.

Les 65 hommes et femmes âgés de 55 à 80 ans qui ont participé à l’expérience étaient toutefois des aînés sédentaires souffrant d’embonpoint ou d’obésité, et il n’est donc pas vraiment surprenant que des «résultats très significatifs» aient été observés, a souligné un expert de l’Université d’Ottawa.

L’étude menée par des chercheurs de l’Université d’Australie-Occidentale et du Baker Heart and Diabetes Institute aurait aussi démontré que l’ajout à ces exercices matinaux de brèves séances de marche d’intensité légère pendant la journée, afin d’interrompre les périodes de sédentarité, améliore la mémoire à court terme.

Les chercheurs australiens ont demandé à leurs sujets d’utiliser un tapis roulant en début de journée; ils ont aussi demandé à certains, au cours des huit heures suivantes, de briser leur sédentarité avec de brèves séances de marche de trois minutes. Ils ont ensuite mesuré différents aspects de leur cognition et de leur concentration, comme l’attention, la prise de décision et la mémoire de travail.

Les chercheurs disent avoir mesuré chez les participants, pendant huit heures, un niveau plus élevé d’une hormone essentielle à la survie et à la croissance des neurones.

Yves Lajoie, de la Faculté des sciences de la santé de l’Université d’Ottawa, y voit un mécanisme encore plus fondamental.

«C’est aussi simple que dire que le cerveau est plus réveillé, plus alerte, et quand on est plus alerte, on est en mesure de prendre de meilleures décisions, a dit le professeur Lajoie. Dès qu’on peut augmenter le niveau d’éveil, les chances sont qu’on prendra de meilleures décisions.»

Il remet toutefois en doute l’effet observé par les chercheurs australiens pendant toute la journée, en rappelant que cela dépendra «des individus et de leurs capacités physiques».

«Si tu fais 30 minutes d’exercices le matin, il n’y a pas de doutes que tu seras «sharp» le matin, a-t-il dit. Mais si tu vas t’asseoir à 10 h après ton exercice et que tu ne te relèves pas avant 16 h, je pense que tu es retombé où tu étais avant.»

Ses propres expériences menées auprès d’aînés en santé ont témoigné des bienfaits de l’activité physique: ceux à qui il a demandé, par exemple, de simplement marcher plus rapidement que leur rythme préféré avaient ensuite une meilleure attention et un temps de réaction plus rapide.

«Même chez les plus actifs on voit un effet de l’activité physique sur leur attention, a-t-il affirmé. De toute évidence l’exercice permet une meilleure capacité attentionnelle, un meilleur niveau d’éveil, et probablement la prise de meilleures décisions.»

Une deuxième étude, celle-là publiée par des chercheurs de l’Université du Maryland dans le Journal of the International Neuropsychological Society, affirme qu’une seule séance d’activité physique stimule chez les aînés les circuits cérébraux associés à la mémoire. Un examen par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle a témoigné d’une activité accrue - après l’exercice - de quatre zones du cerveau lorsque les sujets récitaient correctement des noms mémorisés, comparativement à la même tâche après une période de repos.