Jonathan Lacroix a été un choix de 12e ronde des Astros en 2017 à sa sortie des rangs collégiaux (collège Seminole State, en Oklahoma). Il a joué deux saisons dans les filiales des Astros, y conservant une moyenne cumulative de .240 avec six circuits, 23 doubles, 57 points produits et neuf buts volés.

Le voltigeur québécois Jonathan Lacroix avec les Capitales

Les Capitales de Québec ont ajouté une autre saveur locale à leur alignement pour la saison prochaine, jeudi, en confirmant la mise sous contrat du voltigeur Jonathan Lacroix. Il rejoint ainsi David Glaude, un autre joueur québécois ayant récemment été acquis par la formation de la Ligue Frontier.

Voilà déjà plusieurs mois que le gérant Patrick Scalabrini reluquait le frappeur gaucher de 22 ans originaire de Montréal. Libéré par l’organisation des Astros de Houston, l’été dernier, Lacroix avait préféré se tenir éloigné du baseball professionnel le temps de retrouver le plaisir du jeu.

«J’avais reçu des appels à mon retour au Québec, cet été, mais ça ne me tentait pas de jouer pro. Je suis allé jouer avec mes amis dans le baseball junior élite et j’ai eu beaucoup de plaisir», racontait celui qui s’est aligné avec les Orioles de Montréal, qui ont perdu en finale de la LBJEQ contre les Diamants de Québec.

Lacroix a été un choix de 12e ronde des Astros en 2017 à sa sortie des rangs collégiaux, où il avait connu beaucoup de succès avec le collège Seminole State, en Oklahoma, le même qu’a déjà fréquenté l’actuel gérant des Capitales. Il a joué deux saisons dans les filiales des Astros, y conservant une moyenne cumulative de .240 (118 coups sûrs en 552 présences) avec six circuits, 23 doubles, 57 points produits et neuf buts volés. Il a frappé 14 coups sûrs de plus d’un but sur 27 (moyenne de ,500) dans les récentes séries de la LBJEQ.

«Jonathan est un joueur que je surveille depuis quelques années, j’ai essayé de l’amener avec nous, cet été, mais il sortait d’une saison émotive avec les Astros et avait plus le goût d’aller aider ses amis à gagner un championnat dans le junior. Je suis très heureux qu’il signe avec nous, je le crois en mesure de pouvoir jouer tous les jours, ce qui pourrait lui permettre d’éclore. Il a complètement détruit la conférence à Seminole à sa dernière année [17 circuits, 68 points produits, moyenne de ,440 en 2017] et montré de belles choses dans l’affiliée», expliquait Scalabrini.

Joueur complet

Lacroix se décrit comme un joueur capable de bien faire dans plusieurs aspects du jeu.

«Je n’ai pas d’outil exceptionnel, je me considère plus comme un joueur complet. Je fais pas mal tout sur le terrain. Mon objectif est de devenir un joueur-clé pour les Capitales», précisait le principal intéressé qui s’entraîne présentement en compagnie d’Abraham Toro, le Québécois ayant atteint les majeures avec les Astros, cette saison. Ils ont fréquenté la même école secondaire et le même collège aux États-Unis, sans toutefois séjourner ensemble à Seminole State.

Il s’amène avec les Capitales pour vivre une belle aventure d’équipe.

«En étant dans le baseball québécois, c’est sûr que j’ai entendu parler souvent des Capitales. Il s’agit d’une équipe gagnante, il y a de l’ambiance au Stade [Canac] et ç’a vraiment l’air le fun de jouer à Québec. Je connais un peu Patrick, il m’a déjà coaché dans une activité. Je m’en vais jouer avec les Capitales pour gagner et avoir du plaisir en équipe. Si j’avais une offre pour retourner dans le baseball affilié, je l’accepterais, probablement, mais ça ne me dérangerait pas si je n’en recevais pas non plus.»

Lacroix glisse dans une catégorie qui ne fait pas partie des 10 recrues et 10 joueurs d’expérience (incluant quatre vétérans de 29 ans et plus) que les équipes de la Ligue Frontier doivent obligatoirement aligner. Les Capitales se pencheront bientôt sur les dossiers de Yordan Manduley, Jesse Hodges, David Salgueiro et Brandon Fischer, des joueurs que le gérant aimerait revoir, la saison prochaine. Il a aussi déjà invité quelques recrues au prochain camp d’entraînement.