Le sénateur Boisvenu poursuit une femme pour diffamation

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a entamé un recours civil en diffamation contre une femme de l’Outaouais.

Sylvia Ribeyro allègue que le sénateur a posé des gestes à caractère sexuel contre elle. La poursuite de 250 000 $ vise à la faire taire, rapporte le Journal de Montréal.

C’est le cabinet Vaillancourt Riou, avocats de Sherbrooke, qui a entrepris les démarches contre la défenderesse.  

M. Boisvenu «va laisser le processus judiciaire suivre son cours, alors qu’il n’y aura aucun autre commentaire à faire en ce moment», note-t-on à l’étude Vaillancourt Riou.

Sur sa page Facebook, Mme Ribeyro a publié les nouvelles diffusées à ce sujet par le quotidien montréalais et par TVA nouvelles.

Elle demande à ses abonnés de ne pas écrire de «commentaire inapproprié», car elle devra les effacer. «Je vous demande SVP de pas écrire de commentaire ici», insiste-t-elle.

«Laissons le système judiciaire faire son travail.»

 Le sénateur Boisvenu poursuit la femme après que celle-ci eut porté plainte à la police et au Sénat, indique le Journal de Montréal. Sylvia Ribeyro allègue que Pierre-Hugues Boisvenu a posé des gestes sexuels à son endroit.

La femme de 52 ans aurait écrit plusieurs textes sur internet où elle aurait dit qu’un membre du sénat, sans le nommer, aurait posé des gestes sexuels envers elle.

C’est le 19 octobre dernier que la demande d’injonction aurait été déposée par le sénateur. Ce dernier considère que les informations véhiculées par Mme Ribeyro comprenaient assez de détails pour permettre de l’identifier.

La femme de Papineauville est enseignante dans une école de musique.