Le Rouge et Or de l’Université Laval a littéralement écrasé les X-Men de St. Francis Xavier par la marque de 63 à 0 en demi-finale canadienne pour remporter facilement la Coupe Uteck.

Le Rouge et Or massacre les X-Men et remporte la Coupe Uteck [PHOTOS]

Si le réseau U sports, qui supervise le sport universitaire canadien, avait besoin d’une autre raison de modifier la formule des séries au football, il en a eu une bonne samedi. Le Rouge et Or de l’Université Laval a littéralement écrasé les X-Men de St. Francis Xavier par la marque de 63 à 0 en demi-finale canadienne pour remporter facilement la Coupe Uteck.

Les 5 747 spectateurs présents au Stade Telus ont eu droit à un véritable massacre. L’offensive du Rouge et Or a inscrit son plus haut total de points de la saison, dépassant les 57 marqués contre les Redmen de McGill le 13 octobre, et la défensive n’a littéralement rien donné.

Pour vous dire, ça chantait déjà «Na Na Na Na, Hey Hey, Goodbye» dans les gradins à 9:47 du deuxième quart quand Vincent Forbes-Mombleau a capté une passe d’Hugo Richard pour son deuxième touché du match qui portait le pointage à 23 à 0 en faveur des locaux.

De héros à zéros

La partie avait bien mal débuté pour les X-Men, qui peinaient dès le départ à remporter un premier jeu et n’avaient pas du tout l’air des héros de Marvel qui portent le même nom. En fait, l’équipe d’Antigonish, en Nouvelle-Écosse, aurait eu grand besoin de la puissance de Wolverine, de l’agilité de Nightcrawler ou peut-être même des ailes d’Archangel pour espérer remporter cette partie.

Les champions de l’Atlantique n’ont en effet réussi que trois premiers jeux et n’ont cumulé que des gains faméliques de 104 verges en plus d’être victimes de trois revirements. Pendant ce temps, c’était la fiesta du côté de Laval, qui remportait 34 premiers jeux et cumulait 658 verges. Le combo Richard-Forbes-Mombleau a été payant pour le Rouge et Or en première demie, la paire réussissant trois touchés. Pour les autres majeurs, Richard a lancé à Mathieu Robitaille et à Benoît Gagnon-Brousseau, qui a capté le ballon dans la zone des buts après avoir bloqué un botté des X-Men.

Après une seule poussée au troisième quart et le premier de trois touchés par la course d’Alexis Côté, l’entraîneur Glen Constantin a remplacé Richard, qui a reçu le titre de joueur du match, par le quart substitut Samuel Chénard. Il faut dire que la marque était de 46 à 0...

Faiblesses défensives

« On a vu sur film que leur défensive pouvait être exploitée par la passe et quand la « game » est devenue plus ouverte, on a pu courir le ballon », a commenté l’entraîneur des vainqueurs, Glen Constantin, après la partie,« On ne s’attendait pas à ce que ce soit si facile. C’est très dur à évaluer, c’est une question d’intensité. On s’attendait à une meilleure opposition de leur attaque au sol », a-t-il repris.

Hugo Richard a aussi déclaré qu’il avait détecté les faiblesses de la défensive adverse après avoir regardé plusieurs vidéos des X-Men. «On était prêts à tout, on avait un livre de jeux blindé. On savait que leur défensive n’était pas la plus diversifiée. Ils ont été fidèles à ce qu’il faisaient et on a été capable d’en prendre avantage.»

Le quart-arrière était heureux également de pouvoir profiter de bonnes conditions météo et d’un terrain déneigé à la perfection alors qu’un épais tapis blanc le recouvrait quelques heures plus tôt. «Avec de bonnes conditions comme ça, on peut tout faire. Quand on est prêt et qu’on exécute bien, des choses comme ça arrivent.»

Forbes-Mombleau, qui en est à sa première année universitaire, jubilait après la partie. «C’est pour ça que j’ai choisi Laval, pour vivre des émotions comme celles-là!», a-t-il lancé. «Avec trois touchés, presque quatre si je compte le moment où j’ai été arrêté à la ligne d’une verge, je n’ai pas le choix d’être content de ma performance.»

Il n’a pas non plus manqué de louanger celui dont il est devenu l’une des cibles préférées. «Leur système n’était pas très compliqué et Hugo l’a très bien décortiqué», a déclaré le joueur de 20 ans.

Alexis Côté, qui n’a pas porté le ballon en première demie, a tout de même terminé la partie avec 207 verges au sol et trois touchés. «Moi, ma responsabilité est d’être tout le temps prêt car on m’utilise souvent quand le match est hors de portée pour l’adversaire. Peu importe le score, je joue toujours comme si c’était serré. C’est «l’fun» de toucher au ballon. C’est pour ça que je joue au «foot»», a déclaré l’étudiant en administration des affaires.

Défaite difficile

Du côté des perdants, l’entraîneur Gary Waterman tenait à exprimer son appui envers ses protégés après ce qu’il a qualifié de défaite difficile. «C’est le temps de les appuyer car ils ont travaillé fort toute la saison et qu’ils méritent notre respect.»

Waterman a aussi lancé quelques fleurs au Rouge et Or. «Il faut leur donner le crédit qui leur revient: ils ont très bien exécuté et ils ont très bien déplacé le ballon. Ils ont un quart d’expérience en Hugo et une bonne ligne offensive. En début de match, on espérait pouvoir renverser la vapeur, mais on n’a pas été capable de le faire aujourd’hui», a-t-il résumé.

***

LES MUSTANGS REMPORTENT LA COUPE MITCHELL

La finale de la Coupe Vanier aura des airs de déjà vu puisque les Mustangs de l’Université Western Ontario ont remporté la Coupe Mitchell, l’autre demi-finale canadienne, samedi soir, par un score de 47 à 24 contre les Huskies de l’Université de Saskatchewan.

La marque était égale à la demie avec 17 points de chaque côté mais les champions en titre de la Coupe Vanier ont ouvert la machine en deuxième moitié pour coiffer facilement les Huskies au fil d’arrivée. Le quart de Western, Chris Merchant, a lancé deux passes de touché et a ajouté un autre majeur par la course. 

Les porteurs de ballon Cedric Joseph et Alex Taylor, deux fois, ont aussi inscrits des touchés. Les hommes de Greg Marshall s’amèneront à Québec au cours des prochains jours pour disputer la finale de la Coupe Vanier au Rouge et Or sur le terrain du Stade Telus.