Selon Environnement Canada, Québec a reçu jusqu’ici entre 300 et 350 cm de neige. La capitale se rapproche de son record de 2008 (554 cm). Pour autant, les déneigeurs ne sentent pas plus d’indulgence envers eux.

Le ras-le-bol des déneigeurs privés

Des coups de pelle sur les déneigeuses, des dépassements dangereux, des insultes, du chialage incessant. En cet hiver particulièrement enneigé, des déneigeurs privés lancent un appel au calme.

Croisé un lendemain de tempête, le porte-parole du déneigeur MRA Paysagistes, Gabriel Lemieux, en avait long à dire sur l’incivilité de certains citoyens envers les conducteurs de déneigeuses. 

«Les gens sont très critiques, peu compréhensifs par rapport aux conditions météo», déplore-t-il. Après de grosses bordées de neige, les reproches fusent : les déneigeurs arrivent trop tard ou pas au bon moment; ils conduisent trop vite ou trop lentement; ils ont laissé de la neige ou ne l’ont pas soufflé à la bonne place. 

Les citoyens qui s’emportent ne sont pas rares. «Des gens qui donnent des coups de pelle sur les tracteurs, il y a peu de déneigeurs à qui ce n’est pas arrivé», dit M. Lemieux. 

Selon Environnement Canada, Québec a reçu jusqu’ici entre 300 et 350 cm de neige. La capitale se rapproche de son record de 2008 (554 cm). Pour autant, les déneigeurs ne sentent pas plus d’indulgence envers eux. 

«Les clients voudraient qu’on ramasse la neige avant qu’elle soit tombée!» dit Martin Thériault, propriétaire de Déneigement M. Thériault.

Normalement, les déneigeurs viennent durant la nuit pour enlever le remblai laissé par les déneigeurs de la Ville, devant les stationnements. Puis, ils repassent durant la journée pour faire la «finition». Mais lors des tempêtes, la neige est plus longue à enlever et des retards sur l’horaire normal peuvent survenir. 

Certains clients ne le digèrent pas. M. Thériault donne l’exemple d’un monsieur qui a l’habitude de voir la déneigeuse dans son entrée vers 6h. «Si t’arrives à 7h, c’est un drame!»

Des clients semblent croire que payer pour le déneigement les épargnera de repousser la neige eux-mêmes à l’occasion. «C’est pas marqué sur mon contrat que tu toucheras plus ta pelle!» dit Martin Thériault. 

Pénurie de main-d’œuvre

La pression sur les déneigeurs est d’autant plus forte que la pénurie de main-d’œuvre frappe aussi le secteur du déneigement, contraignant les conducteurs à de nombreuses heures supplémentaires en plus du travail de nuit. 

«C’est pas parce que tu payes un déneigeur privé qu’à 8h le matin ta cour va être nickel un jour de tempête!» dit Nancy Leblanc, secrétaire chez Entretien PJP. 

Mais ce ne sont pas seulement les clients qui s’emportent contre les déneigeurs : les voisins aussi. Quand un déneigeur a le malheur de mettre un peu de neige sur leur terrain, certains appellent en furie pour se plaindre. 

Ils «ne comprennent pas que la neige, on ne sait pas où la mettre à ce temps-ci de l’année», dit Mme Leblanc. 

Sur la route, les automobilistes font aussi preuve d’impatience et, parfois, sont carrément dangereux, selon Mme Leblanc. Ils font des dépassements dangereux ou frôlent les tracteurs, sans se soucier des angles morts des déneigeuses ou de la lourdeur de leur machinerie. 

«Ça vire pas sur un 10 cennes, un souffleur», note Nancy Leblanc.

«Oui, il y a certains chauffeurs [de déneigeuses] qui sont rock n’roll, dit-elle. Mais il y a certains usagers de la route qui n’adaptent pas leur conduite.»

En cet hiver intense, les remerciements sont tout de même plus nombreux pour les déneigeurs. Des clients sortent davantage pour leur dire merci d’avoir enlevé toute cette neige de leur stationnement. Pour le reste de l’hiver, les déneigeurs espèrent néanmoins que les citoyens impatients seront plus cléments envers eux, tout comme la météo, d’ailleurs. 

À LIRE AUSSI