Aisaqvak et son petit ont mis le nez à l’extérieur de leur tanière, lundi.

Le petit d’Aisaqvak sort de sa tanière

Les oursons du Zoo sauvage de Saint-Félicien célèbrent respectivement leurs 11 et neuf semaines aujourd’hui. Ils se portent très bien et le plus vieux s’est même aventuré à l’extérieur de sa tanière, lundi.

Les oursons d’Aisaqvak et de Milak ont de plus en plus d’énergie, a confirmé la biologiste du Zoo sauvage, Christine Gagnon, lors d’un entretien accordé au Quotidien. « Ils vont vraiment très bien, c’est tellement agréable de voir leur évolution et leur intimité avec leur mère », a affirmé la biologiste. L’intérieur des tanières est en effet muni d’une caméra, permettant ainsi de voir les petits et leur maman. Chez les ours polaires, seules les mères gestantes hibernent. Mais lundi, Aisaqvak et son petit ont mis le nez dehors, dans le secteur de la maternité. « Ça montre qu’il est de plus en plus solide et curieux. On voit qu’il joue beaucoup avec sa mère, il veut lutter avec elle. Et il marche de mieux en mieux », a souligné la biologiste.

Le plus vieux a aujourd’hui 11 semaines (12 février), tandis que le plus jeune en a neuf. Ils sont nés à deux semaines d’intervalle.

Dès qu’ils seront prêts à joindre leur nouvel habitat, la direction du Zoo sauvage de Saint-Félicien se fera un bonheur d’avertir la population. L’été risque donc d’être très achalandé près de l’habitat des ours polaires.