Charlie Bilodeau et sa partenaire Lubov Ilyushechkina à l'entraînement à Montréal, en avril 2019
Charlie Bilodeau et sa partenaire Lubov Ilyushechkina à l'entraînement à Montréal, en avril 2019

Le patineur artistique Charlie Bilodeau annonce sa retraite 

Beaucoup plus passionné par l’objectif de prendre part aux Jeux olympiques que par le patinage artistique en soi, un objectif ultime qu’il avait réalisé en 2018, Charlie Bilodeau avait vue sa flamme pour la compétition vaciller à son retour de PyeongChang. Et malgré des changements importants au niveau de son environnement, il n’avait jamais retrouvé le feu qui l’animait jadis. Après mûre réflexion, il a choisi d’accrocher ses patins.

«C’était une décision qui n’était pas à prendre à la légère», a mentionné l’athlète de 26 ans originaire de Trois-Pistoles qui avait quitté son patelin à l’âge de 14 ans pour aller s’entraîner à Montréal. «Le cheminement s’est fait de fil en aiguille au courant des dernières semaines et même des dernières années en échos aux doutes et aux questionnements que j’avais à l’intérieur de moi. 

«C’est certain que qui dit fin de saison en patinage dit aussi faire le point sur la saison qui vient de se passer et à la lumière de tout ça, j’en suis venu à cette décision là de quitter la compétition en patinage», a ajouté Bilodeau qui avait vécu une immense déception quand le duo qu’il formait avec sa partenaire Lubov Ilyushechkina n’avait pas été retenu pour représenter le Canada aux championnats du monde qui devaient être présentés à Montréal en mars. La pandémie et le confinement lui avaient permis de réfléchir et de constater qu’il avait peut-être accompli ce qu’il avait à accomplir.

Bilodeau ne le cache pas, les lendemains de sa participation aux Jeux de PyeongChang, où il avait compétitionné en compagnie de Julianne Séguin avec qui il avait pris le neuvième rang de la compétition en couple, avaient été difficiles. Il explique qu’il avait passé toute sa carrière à travailler dans la réalisation d’un seul but. Aller aux Jeux. Et que l’atteinte de cet objectif était un peu pour lui comme un point final.

«Je ne visais qu’à me rendre au fil d’arrivée. Et là, c’était derrière moi. Il a alors fallu que je me pose des questions : «est-ce que je continue? Est-ce que je passe à autre chose. Si je continue, pourquoi?». Et dans cet optique là j’ai décidé de continuer parce que j’étais un patineur artistique. Je l’ai fait en visant plus haut, en visant une médaille aux prochains Jeux en m’embarquant dans un nouveau projet avec une nouvelle partenaire et de nouveaux entraîneurs et en me disant que ce qui ne me convenait plus dans les dernières années était le contexte dans lequel j’évoluais. 

Bilodeau dit avoir fait ces changements en se disant qu’ils allaient l’aider à passer à travers la crise qu’il vivait et qu’ils allaient rallumer la flamme qui est nécessaire pour pousser dans le sport et performer à son niveau. Mais tranquillement il s’est rendu compte que le problème se situait dans son fort intérieur et qu’il avait un malaise par rapport au sport de haut niveau et tout ce que ça impliquait en terme de sacrifices et d’énergie. L’ex-patineur a confié que la pause dont il avait pu profiter après avoir mis un terme à son partenariat avec Julianne Séguin lui avait ouvert les yeux sur bien des choses. 

«J’ai eu l’opportunité de retoucher à plusieurs pans de ma vie qui me donnaient énormément d’énergie. Je suis quelqu’un qui aime toucher à tout et vivre plein de trucs. J’ai vu encore plus tous les sacrifices qui devaient être faits. Et dans le contexte actuel, j’avais de la misère à apprécier le quotidien. Je me suis dit que c’était le moment idéal pour me retirer.»

Annonces difficiles

Sa décision de se retirer prise, Bilodeau a ensuite dû l’annoncer à sa partenaire Lubov Ilyushechkina et à ses entraîneurs. Des annonces beaucoup plus difficiles pour lui que l’avait été que son choix d’arrêter de patiner.

«C’était une évidence pour moi de prendre cette décision là parce que j’avais bien creusé le fond de la question et que j’en étais venu à la conclusion qu’il fallait que je pense à moi. Mais c’est évident que je faisais plusieurs victimes collatérales dont ma partenaire et mes entraîneurs. On était tous embarqués dans le projet de gagner une médaille aux Jeux de 2022 et on espérait être capable d’atteindre notre but. En me retirant, j’ai coupé l’herbe sous le pied à toute l’équipe autour de nous. Et il y a un certain sentiment de culpabilité qui vient avec tout ça. Mais en même temps j’ai pris la décision pour ma santé, pour bien vivre avec moi. C’est pour apprécier le quotidien que j’ai pris cette décision- là.»

Maintenant officiellement à la retraite, Bilodeau copte d’abord apprivoiser sa vie sans patinage. Un grand changement qu’il appréhende d’un bon œil. «Je vais avoir du temps pour tous mes projets d’hiver et avoir du temps pour moi. J’ai toujours poursuivi mes études en communications parallèlement à ma carrière en patinage et là, je vais pouvoir mettre mes études à l’UQAM au centre de ma vie, étudier à temps plein et à travers ça, voir de ce que la vie va m’apporter comme opportunités. Je vais aussi donner des conférences sur ma carrière et sur mes apprentissages. C’est ce lui va faire partie du portrait au cours des prochains mois.»

L’ex-patineur a conclu en disant qu’il ne croyait pas que le deuil de sa carrière serait difficile à faire. Il a expliqué que s’il avait été capable de quitter Trois-Pistoles et sa famille pour s’en aller vers l’inconnu et le vide pour essayer de gravir les échelons et atteindre son objectif, il devrait bien vivre les prochains mois puisqu’il se retrouve un peu dans la même situation.


« J’ai mis un terme à quelque chose et j’ouvre un nouveau chapitre. C’est une belle aventure commence pour moi et j’entrevois ça d’une bonne manière. Il y a une façon pour aborder sereinement et sainement toutes les embûches et tous les défis de la vie pour toujours se pousser vers l’avant. Ce sont des acquis que m’a donné le sport et qui vont rester en moi pour toujours. »
Charlie Bilodeau

Annonces difficiles

Sa décision de se retirer prise, Bilodeau a ensuite dû l’annoncer à sa partenaire Lubov Ilyushechkina et à ses entraîneurs. Des annonces beaucoup plus difficiles pour lui que l’avait été que son choix d’arrêter de patiner.

«C’était une évidence pour moi de prendre cette décision là parce que j’avais bien creusé le fond de la question et que j’en étais venu à la conclusion qu’il fallait que je pense à moi. Mais c’est évident que je faisais plusieurs victimes collatérales dont ma partenaire et mes entraîneurs. On était tous embarqués dans le projet de gagner une médaille aux Jeux de 2022 et on espérait être capable d’atteindre notre but. En me retirant, j’ai coupé l’herbe sous le pied à toute l’équipe autour de nous. Et il y a un certain sentiment de culpabilité qui vient avec tout ça. Mais en même temps j’ai pris la décision pour ma santé, pour bien vivre avec moi. C’est pour apprécier le quotidien que j’ai pris cette décision- là.»

Maintenant officiellement à la retraite, Bilodeau compte d’abord apprivoiser sa vie sans patinage. Un grand changement qu’il appréhende d’un bon œil. «Je vais avoir du temps pour tous mes projets d’hiver et avoir du temps pour moi. J’ai toujours poursuivi mes études en communications parallèlement à ma carrière en patinage et là, je vais pouvoir mettre mes études à l’UQAM au centre de ma vie, étudier à temps plein et à travers ça, voir de ce que la vie va m’apporter comme opportunités. Je vais aussi donner des conférences sur ma carrière et sur mes apprentissages. C’est ce lui va faire partie du portrait au cours des prochains mois.»

L’ex-patineur a conclu en disant qu’il ne croyait pas que le deuil de sa carrière serait difficile à faire. Il a expliqué que s’il avait été capable de quitter Trois-Pistoles et sa famille pour s’en aller vers l’inconnu et le vide pour essayer de gravir les échelons et atteindre son objectif, il devrait bien vivre les prochains mois puisqu’il se retrouve un peu dans la même situation.

«J’ai mis un terme à quelque chose et j’ouvre un nouveau chapitre. C’est une belle aventure commence pour moi et j’entrevois ça d’une bonne manière. Il y a une façon pour aborder sereinement et sainement toutes les embûches et tous les défis de la vie pour toujours se pousser vers l’avant. Ce sont des acquis que m’a donné le sport et qui vont rester en moi pour toujours.»