Régis Labeaume continuera d’exercer ses fonctions, mais déléguera certaines responsabilités.

Le maire de Québec Régis Labeaume atteint d’un cancer de la prostate

Le cabinet du maire de Québec a annoncé mercredi que Régis Labeaume est atteint d’un cancer de la prostate. Cette triste nouvelle a été suivie d’un concert d’encouragements, même au-delà de la joute politique.

Le maire a fait une première annonce à ses proches collaborateurs et collègues. «M. Régis Labeaume a rencontré aujourd’hui (mercredi) son personnel, son équipe ainsi que la Direction générale de la Ville, afin de les informer qu’après quelques mois d’investigation on lui avait diagnostiqué un cancer de la prostate», a fait savoir par voie de communiqué son attaché de presse, Paul-Christian Nolin. L’annonce à la population plus tard en journée était nécessaire par «souci de transparence», précise-t-on.

«Le maire allégera graduellement son emploi du temps en prévision de la suite des choses, poursuit le communiqué. Il devra éventuellement s’absenter pour une convalescence d’une durée encore indéterminée.»

À LIRE AUSSI Quand la maladie rassemble - La chronique de François Bourque

M. Labeaume, qui aura 63 ans le 2 mai, continuera d’exercer ses fonctions, mais devra déléguer certaines responsabilités aux membres de son équipe, avise encore M. Nolin.

Mercredi, le cabinet ne voulait pas commenter davantage la situation. Cette semaine, le maire n’a aucune activité publique à l’horaire. Il a été impossible de savoir s’il participera au conseil municipal lundi prochain. Le lendemain, il est panéliste invité à un événement de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec sur la Vision de l’habitation à Québec. On ne sait pas s’il pourra respecter son engagement.

Des appuis de partout

Cette triste nouvelle arrive à un moment où des projets majeurs sont en cours à la Ville de Québec, notamment l’implantation du tramway et la construction du centre de biométhanisation.

Dès l’annonce du diagnostic, le premier ministre du Québec et la ministre responsable de la capitale nationale ont tenu à exprimer leur soutien personnel auprès de l’homme et celui de leur gouvernement auprès de son administration dans les dossiers en cours.

«Nos pensées sont avec lui. On lui souhaite bon courage, a lancé Francois Legault. C’est un cancer qui a un très bon pronostic. On connaît tous des gens qui sont passés par là. Régis est un battant. Je suis convaincu qu’il va revenir encore plus fort. On a hâte de te revoir en pleine forme.»

«J’ai la chance de travailler avec M. Labeaume depuis quelques mois. C’est un homme qui est combatif, qui a une vision pour la ville de Québec et défend les intérêts de sa population avec beaucoup de passion, a témoigné Geneviève Guilbault. Je suis convaincue que cette même passion va l’habiter. On va continuer à faire progresser les dossiers pendant son absence. Il peut se concentrer en paix sur le combat qui l’attend et tout sera en ordre quand il sera en pleine forme.»

Des bons mots de l’opposition

«Il est bien entouré et les grands jalons des projets sont implantés», commente, nullement inquiet, le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, au sujet de retards potentiels dans les dossiers.

«Je souhaite au maire qu’il puisse passer à travers cette épreuve et qu’il prenne le temps de bien se soigner. Je comprendrai qu’il soit absent en fonction du grade du cancer», lance le conseiller qui a déjà travaillé à l’élaboration de programmes de dépistage pour plusieurs types de cancer à la direction de la santé publique.

Habitué de se quereller avec le maire au conseil municipal, le chef de l’opposition officielle, Jean-François Gosselin, tenait lui aussi à offrir son appui à M. Labeaume.

«M. Gosselin lui souhaite un prompt rétablissement. C’est une situation extrêmement triste. Qu’il prenne tout le temps nécessaire pour prendre des forces. Au-delà de la joute politique, il a un profond respect pour lui», rapporte Claude-Olivier Fagnan, membre de son cabinet.

Enfin, le maire de Lévis, avec qui M. Labeaume est à couteaux tirés depuis deux ans, tenait aussi à lui transmettre un mot d’encouragement.

«Je tiens à souhaiter à monsieur Labeaume un prompt rétablissement et un bon courage devant cette épreuve difficile», a commenté Gilles Lehouillier.

CE QU'ILS ONT DIT

«Je viens d’apprendre la nouvelle pour mon collègue, le maire de Québec. Courage, Régis, durant cette épreuve. Je pense à toi et tout le monde municipal est avec toi!»

- Valérie Plante, mairesse de Montréal

«Toute ma solidarité à mon collègue et ami Régis Labeaume qui fera assurément face à la maladie avec la détermination qu’on lui connaît. La santé est plus importante que n’importe quel projet, pense à toi mon cher. Sois assuré de mon appui. Bon courage.»

- Alexandre Cusson, président de l’Union des municipalités du Québec

«Dans le rythme trépidant de la vie politique, il arrive des moments où il faut prendre du temps pour soi. Bon courage, mon cher Régis, nous sommes avec toi.»

- Manon Massé, co-chef de Québec solidaire

«Mes meilleures pensées au maire Régis Labeaume. Au nom du Parti québécois je lui souhaite, ainsi qu’à sa famille, le retour à la santé. Vivement son retour à la tête de notre Capitale Nationale.»

- Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois

+

CANCER DE LA PROSTATE: CE QU'IL FAUT SAVOIR

Le cancer de la prostate est la forme de cancer la plus répandue chez les hommes au Canada (à l’exclusion des cancers de la peau autres que le mélanome). C’est la troisième principale cause de décès par cancer chez les Canadiens. On estime qu’environ 1 Canadien sur 7 sera atteint d’un cancer de la prostate au cours de sa vie et que 1 sur 29 en mourra.

Le risque de cancer de la prostate augmente quand les hommes vieillissent. Le risque d’en être atteint augmente après 50 ans. On le diagnostique le plus souvent chez les hommes de plus de 65 ans.

Le cancer de la prostate ne cause généralement aucun signe ni symptôme aux premiers stades de la maladie. Ils apparaissent souvent lorsque la tumeur croît et entraîne des changements des habitudes urinaires ou d’autres problèmes comme le besoin d’uriner souvent ou des douleurs pendant la miction. C’est pourquoi il est important d’en parler avec son médecin.

Il existe plusieurs types de traitements selon l’état de santé de la personne atteinte. Par exemple : la radiothérapie, l’hormonothérapie, la chimiothérapie, la cryochirurgie ou même la prostatectomie (enlever la prostate). 

En 2017

  •  21 300 hommes ont reçu un diagnostic de cancer de la prostate, ce qui représente 21 % de tous les nouveaux cas de cancer chez l’homme pour cette année
  •  4100 hommes sont morts d’un cancer de la prostate, ce qui représente 10 % de tous les décès par cancer chez l’homme;
  •  En moyenne, chaque jour, 58 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer de la prostate;
  •  En moyenne, chaque jour, 11 Canadiens sont morts d’un cancer de la prostate.

Source: Société canadienne du cancer