Le juge Gascon a fourni des explications sur son étrange disparition survenue mercredi dernier.

Le juge de la Cour suprême Clément Gascon explique son étrange disparition

Le juge de la Cour suprême Clément Gascon pense avoir subi une crise de panique lorsqu’il est disparu la semaine dernière sans donner de nouvelles à ses proches.

Dans un communiqué transmis mardi après-midi, le juge Gascon a finalement fourni des explications sur son étrange disparition survenue mercredi dernier. La police d’Ottawa disait être à sa recherche puisque sa famille craignait pour son «bien-être».

Dans les jours suivants, le plus haut tribunal du pays était resté évasif dans ses explications, assurant toutefois que le juge était tout à fait habileté à poursuivre ses activités jusqu’à sa retraite, en septembre.

Dans sa brève déclaration, le juge Gascon a avoué avoir adopté «un comportement inédit et inhabituel» la semaine dernière parce qu’il croit avoir subi une crise de panique.

Le juge Gascon, qui dit vivre avec la dépression et des troubles d’anxiété depuis une vingtaine d’années, a justifié son comportement de la semaine dernière par sa récente décision «difficile et déchirante» de prendre sa retraite et par un changement de médication.

Il dit avoir été traité pour ce problème de santé et assure être «pleinement en mesure d’exécuter (ses) fonctions».

«Je ne peux ni expliquer ni justifier ce que je comprends être une crise de panique et j’exprime mes profonds regrets envers tous ceux et celles qui en ont durement fait les frais», a-t-il indiqué.

«Ce problème de santé a été pris en charge et traité avec le support médical requis. Je confirme que je suis en bonne santé, et que je suis pleinement en mesure d’exécuter mes fonctions.»

Retraite anticipée

Clément Gascon, âgé de 59 ans, avait annoncé le mois dernier qu’il allait prendre une retraite anticipée le 15 septembre prochain. Il avait pris cette décision pour des raisons «personnelles et familiales».

Le juge Gascon aurait pu rester encore 16 années puisque les juges de la Cour suprême peuvent siéger jusqu’à 75 ans.

Clément Gascon avait été nommé à la Cour suprême en juin 2014 par l’ancien premier ministre conservateur Stephen Harper.

Il a été avocat à Montréal avant d’être nommé juge, d’abord à la Cour supérieure du Québec en 2002, puis à la Cour d’appel du Québec, dix ans plus tard.