La résidence de Boischâtel où a débuté la course-poursuite de l'accusé.

Le fuyard en «bobettes» accusé

L’homme de Boischatel qui a volé une autopatrouille de la Sûreté du Québec et a fui, en sous-vêtement, jusqu’à Yamachiche en Mauricie a été accusé vendredi au palais de justice de Québec.

Jimmy Raymond-Bélanger, 31 ans, sans antécédent judiciaire, a été accusé de vol de véhicule, conduite dangereuse, fuite et entrave aux policiers.

Les policiers de la Sûreté du Québec s’étaient rendus chez lui tôt jeudi matin pour répondre à appel pour un bouton panique en fonction.

Les deux premiers agents ont rapidement appelé des renforts.

Jimmy Raymond-Bélanger, vêtu seulement de ses sous-vêtements, est sorti en trombes de la maison. Il a réussi à entrer dans le deuxième véhicule, de la Sûreté du Québec, un VUS. Le moteur de ce véhicule était toujours en fonction, avec les portes déverrouillées et les gyrophares allumés.

Les quatre agents ont tenté de faire sortir le suspect du VUS en fracassant une des vitres.

L’homme a quand même réussi à s’enfuir. Poursuivi par plus d’une dizaine de véhicules de la Sûreté du Québec et de la police de Québec, il aurait roulé jusqu’à 180 km/h sur l’autoroute 40 avant de s’arrêter de lui-même près d’un restaurant de Yamachiche.

Pas d’erreur, mais un rappel

La capitaine Martine Asselin de la Sûreté du Québec ne voit pas d’erreur commise par le policier qui, arrivé en renfort sur une situation d’urgence, a laissé son véhicule en fonction, portes déverrouillées.

«Il a fait ce qu’on attend de lui, soit arriver le plus rapidement possible, de façon sécuritaire», indique Mme Asselin.

Dans le meilleur des mondes, les policiers doivent prendre le temps d’éteindre le moteur de leur véhicule lors d’une intervention. L’événement de Boischatel aura servi de rappel pour tous, assure Martine Asselin.