Juste avant d’entrer au Salon bleu mardi, la députée solidaire Catherine Dorion a dit ne pas savoir qui paiera pour sa défense en cour devant des radios privées de Québec, si jamais une poursuite en bonne et due forme est enclenchée.

Le FM93 met fin à sa collaboration avec Catherine Dorion

La direction du FM93 a annoncé mardi la fin de la collaboration hebdomadaire de la députée Catherine Dorion à l’émission matinale Bouchard en parle, évoquant un lien de confiance «brisé».

Une note du directeur de la station, Pierre Martineau, a été lue en ondes mardi après-midi. «La semaine dernière, dans le cadre d’une vidéo produite par la députée Catherine Dorion, on a cité le nom d’Éric Duhaime, laissant entendre qu’il aurait pu inciter des auditeurs à la haine et au meurtre. Dans la foulée des réactions provoquées par les propos prononcés dans la vidéo, Mme Dorion avait accepté de venir s’expliquer dans l’émission d’Éric Duhaime hier après-midi [lundi], mais elle a décidé de ne pas se présenter, sans que ni elle ni son organisation avise la station de cette décision. Par conséquent, le lien de confiance étant brisé, le FM93 annonce qu’il met fin immédiatement aux rendez-vous hebdomadaires de Catherine Dorion sur les ondes de la station.»

À LIRE AUSSI: La «propagande» radio mise au pilori par Dominique Payette

La députée de Taschereau a reçu lundi une mise en demeure de la station Radio X, qui exige que la députée se rétracte de propos qu’elle juge diffamatoires, à défaut de quoi une poursuite judiciaire s’enclenchera. L’animateur du FM93 Éric Duhaime a annoncé le même jour en ondes qu’il allait faire de même. 

La semaine dernière, Catherine Dorion a publié sur les réseaux sociaux un podcast d’environ une heure enregistré en compagnie de la chanteuse Safia Nolin. Les deux artistes ont parlé d’intimidation, puis ont critiqué le climat médiatique au Québec. Mme Nolin a nommé sept personnalités qui contribuent négativement selon elle aux débats, dont Jeff Fillion, «tout le monde de Radio X» et Éric Duhaime. 

Dix minutes plus tard dans ce même podcast, Catherine Dorion a soutenu que «c’est l’occupation de l’espace médiatique par du monde méchant genre, qui finalement encourage la division, la haine pis tout ça.» Elle a par la suite ajouté que «oui, ils vont radicaliser du monde, comme du monde qui font des actes haineux, pis du monde qui font des meurtres».

Des propos que M. Duhaime juge «disgracieux» et «dégoûtants», surtout venant d’une élue de l’Assemblée nationale. «C’est ma députée qui m’accuse de quelque chose de criminel», a-t-il dénoncé. 

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook en soirée lundi, l’élue de Québec solidaire s’est adressée directement à Éric Duhaime pour lui dire d’arrêter de «faire la victime», «comme si je t’avais accusé d’être un tueur». 

«Éric Duhaime, t’es pas coupable, ni directement, ni indirectement d’un meurtre. Relaxe. Sauf que, on est collectivement responsables de cette ambiance médiatique-là, de confrontation», croit-elle. 

La députée a annoncé qu’elle n’allait pas se rétracter pour «des choses que je n’ai pas dites». «Aujourd’hui je décide que je vais pas me taire», a-t-elle soutenu, comparant les mises en demeure à de l’intimidation.

Juste avant d'entrer au Salon bleu mardi, la députée solidaire Catherine Dorion a dit ne pas savoir qui paiera pour sa défense en cour devant des radios privées de Québec, si jamais une poursuite en bonne et due forme est enclenchée. «C’est pas quelque chose qui m’énerve honnêtement. Je pense même pas à ça», a-t-elle lancé. Croit-elle que les stations de radio iront jusqu’au bout dans cette affaire? «On verra», a répondu l’élue de Taschereau, avant d’ajouter que «c’est pas du tout un truc qui me fait peur».

Pendant son émission mardi après-midi, Éric Duhaime a affirmé qu’après avoir écouté la vidéo diffusée lundi par la députée, il était prêt à mettre ses démarches judiciaires «sur la glace», pour autant que Catherine Dorion vienne s’expliquer «de vive voix», pas nécessairement en ondes. «Je pense que minimalement il faut qu’elle nous présente des excuses […], pis deuxièmement il faut qu’elle retire la vidéo [avec Sofia Nolin]», a dit l’animateur.  

Manifestation

Une manifestation en support à Catherine Dorion aura par ailleurs lieu à midi le 14 avril devant les bureaux de CHOI FM «pour défendre la liberté d’expression».

«Radio X a envoyé une mise en demeure à Catherine Dorion pour la faire taire! Catherine ne sème pas la terreur contre les minorités et les démunis! Elle n’a pas à être muselée! Manifestons devant les bureaux de CHOI FM pour défendre la liberté d’expression! Vive Catherine Dorion!», peut-on lire sur la page Facebook de l’événement, mise en ligne mardi avant-midi. Avec Patricia Cloutier