Le feu du secteur Chute-des-Passes officiellement éteint

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La SOPFEU a annoncé, lundi, que le feu dans le secteur de Chute-des-Passes, au nord du Lac-Saint-Jean, est officiellement éteint après 63 jours de travail. Les ravages de ce feu d’origine récréative sont inestimables pour les villégiateurs de ce territoire non organisé alors que le brasier a avalé 60 000 hectares de forêt faisant disparaître chalets, bâtiments et, pour certains, territoire de chasse.

Au plus fort de son activité, l’incendie qui serait né d’un feu de camp mal éteint occupait plus de 300 personnes du Québec, de l’Ontario et de l’ouest du pays qui étaient appuyés par une quinzaine d’hélicoptères, des avions-citernes et d’autres aides externes. Une centaine d’héliports ont été construits afin de permettre le transport du personnel et du matériel en plus de permettre aux hélicoptères d’effectuer des largages. 

« Le feu 395 s’est principalement démarqué pour sa très grande intensité des premiers jours, en raison des conditions météorologiques propices à sa propagation rapide », lit-on sur la page Facebook de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Les dernières semaines auront permis aux derniers pompiers forestiers en poste d’éteindre les points chauds et les fumées résiduelles sur le territoire incendié dont le périmètre s’élève à 300 kilomètres.

Malgré le passage de l’incendie, certains arbres brûlés pourront être récupérés.

La récolte du bois débutée 

Les travaux entourant la récolte du bois se retrouvant dans ce secteur ont déjà débuté et se poursuivront au cours des prochains mois. Le volume de bois à récolter devrait s’élever à plus de 1,7 million de mètres cubes. 

Des photos de bois récolté laissent voir des troncs arbres, dont seulement l’écorce a été touchée par l’imposant brasier. L’extérieur calciné de l’arbre enveloppe un intérieur intact. 

Le transport de ce bois vers des usines de transformation n’est, quant à lui, pas encore débuté. 

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec, qui a déposé un plan spécial de récupération du bois devrait, dans un avenir rapproché, obtenir une meilleure idée des volumes de bois à récolter. 

Rappelons que Produits forestiers Résolu, la Coopérative forestière de Petit Paris de Saint-Ludger-de-Milot et Arbec de Groupe Rémabec détiennent des contrats d’approvisionnement dans ce secteur.

Comme c'est le cas pour chaque feu de forêt, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs prépare un plan d’aménagement spécial pour assurer un maximum de récolte.