Les professeurs maintenant retraités Hélène Cajolet-Laganière, Pierre Martel et Chantal-Édith Masson ont longtemps dirigé le projet. Ils sont accompagnés à droite du recteur de l’Université de Sherbrooke Pierre Cossette.

Le dictionnaire Usito offert gratuitement

Usito est le premier dictionnaire électronique à décrire le français standard en usage au Québec tout en faisant le pont avec le reste de la francophonie. Le dictionnaire créé par une équipe de l’Université de Sherbrooke (UdeS) est maintenant offert gratuitement aux internautes partout dans le monde.

Usito était disponible sur abonnement depuis quelques années et était déjà utilisé par 1,2 million d’abonnés. L’UdeS a pris la décision d’offrir gratuitement Usito pour plusieurs raisons. « Rendre Usito accessible à tout le monde, c’est une manifestation de notre volonté de contribuer concrètement à la société, et, dans le cas d’Usito, à toute la francophonie », mentionne avec fierté le recteur de l’Université de Sherbrooke Pierre Cossette.

Qu’est-ce qui distingue Usito d’un autre dictionnaire francophone en ligne? « Usito est le seul dictionnaire du français qui ouvre un aussi large espace à l’usage québécois, canadien et nord-américain dans tous les domaines de la vie courante et professionnelle. Il présente les mots que nous connaissons tous, qui sont illustrés par des citations de notre patrimoine culturel, par des auteurs et par des médias d’ici. Ce sont les mots qui aident notamment les nouveaux arrivants à nous comprendre et à s’intégrer », explique Pierre Cossette.

Des exemples, en voici en voilà. Pour l’annonce jeudi midi, plusieurs affiches avaient été installées pour décrire les différences entre le français du Québec et le français d’ailleurs. « Ici, on joue au hockey avec un bâton et une rondelle, pas avec une crosse et un palet. » « Ici, on frotte les casseroles avec une laine d’acier et non une paille de fer. » « Ici on souffle des bancs de neige et non pas des gonfles. » « Ici, les enfants s’amusent à la garderie et non pas à la crèche. » « Ici, on inscrit nos enfants au camp de jour et non pas au camp aéré. » « Ici, on attend l’autobus dans un abribus et non pas dans une aubette. »

« Il y a aussi toutes sortes de mots qui sont connus ici et que les gens issus de l’immigration ne comprennent pas. Par exemple, qu’est-ce que ça veut dire, être magané? », cite en exemple M. Cossette.

15 ans de travail

Le dictionnaire regorge d’expressions couramment utilisées ici et qu’il peut être difficile de comprendre dans un contexte d’immigration notamment. Des exemples? Que veut dire avoir un bras dans le tordeur, avoir la piqûre pour quelque chose ou encore avoir les yeux plus grands que la panse?

Usito a été imaginé, conçu et réalisé par une équipe de recherche de la faculté des lettres et sciences humaines de l’UdeS. Le projet de l’équipe Franqus a nécessité plus de quinze ans de travail et la collaboration d’une soixantaine de personnes (rédacteurs, réviseurs, consultants et informaticiens).

À la tête du groupe de recherche, les professeurs Hélène Cajolet-Laganière, Pierre Martel, codirecteurs éditoriaux, et Chantal-Édith Masson, directrice informatique, souhaitaient combler un manque en dotant la collectivité québécoise d’un outil lexicographique mieux adapté à son contexte linguistique et culturel.

Usito compte 80 000 mots, plus de 5600 tableaux de conjugaison, plus de 100 000 définitions, 2000 remarques normatives, 40 000 citations tirées d’œuvres littéraires et d’articles journalistiques, 2000 anglicismes et autres emplois critiqués, plus de 10 000 québécismes et mots caractéristiques des contextes canadien et nord-américain et plus de 300 infobulles favorisant la compréhension et le décodage.

Le dictionnaire est disponible en ligne dès maintenant sur le site https://usito.usherbrooke.ca/.

Plusieurs affiches ont été créées pour décrire les différences entre le français du Québec et le français d’ailleurs.