Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx a bien l’intention de faire des «représentations» auprès de ses collègues du Parti libéral du Québec pour que la succursale de la SQDC ouvre ailleurs.

Le cannabis légal trop près des cégeps, juge le ministre Proulx

Le ministre libéral Sébastien Proulx emboîte le pas à la Coalition avenir Québec (CAQ) et juge lui aussi que la succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) à Sainte-Foy se situe trop près des campus collégiaux et universitaires.

«À mon avis, c’est trop proche de nos établissements scolaires», a-t-il lancé en mêlée de presse lundi. Parce que des mineurs de 17 ans fréquentent le Cégep de Sainte-Foy et le Cégep St. Lawrence, situés à quelques pas du local réservé par la SQDC, au 2491, chemin Sainte-Foy. Et qu’une clientèle familiale diversifiée fréquente les terrains de l’Université Laval. «Le site est pas bon. Il va falloir en trouver un autre en ce qui me concerne.»

La succursale que compte ouvrir la SQDC respecte toutefois la nouvelle loi québécoise encadrant le cannabis. Dans cette loi, pour laquelle M. Proulx a voté en juin dernier, il est seulement spécifié qu’une succursale doit être située à 250 mètres des écoles primaires et secondaires. Rien n’est spécifié quant à une distance à respecter autour des cégeps.

M. Proulx refuse de s’avancer sur ce que devrait être une distance raisonnable des établissements collégiaux. «Est-ce qu’on va toujours trouver le site parfait? Peut-être que la réponse, c’est non.» Sauf qu’il a bien l’intention de faire des «représentations» auprès de ses collègues du Parti libéral du Québec pour que cette succursale, la deuxième à être annoncée à Québec après celle du secteur Lebourg­neuf, ouvre ailleurs.

«Est-ce que la Société québécoise du cannabis a besoin de se retrouver dans un endroit de haute fréquentation de voitures, de touristes, et de citoyens pour faire de la vente? À mon avis, non», soutient M. Proulx.

Cette position tranche avec celle de sa collègue, la ministre déléguée à la Santé publique Lucie Charlebois, qui ne semble pas du tout contrariée par ce choix de local. En entrevue à RDI lundi matin, la ministre Charlebois a soutenu que les jeunes adultes qui fréquentent les cégeps et les universités «sont capables de discernement» et que la SQDC, dont elle a chapeauté la création, est «autonome» dans ses choix d’emplacement.

Prêts à se défendre

De retour de vacances, M. Proulx a soutenu lundi qu’il était prêt, avec l’équipe de candidats libéraux de la région de Québec, à défendre le bilan de son gouvernement et à battre la CAQ à Québec, qui est actuellement en avance dans les sondages.

«On ne laissera pas un pouce de terrain», a-t-il promis. M. Proulx dit qu’il ne craint pas de perdre son siège dans Jean-Talon et que sa collègue ministre Véronyque Tremblay serait «dure à battre» dans Chauveau.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale en a profité pour décocher quelques flèches à François Legault, en lui reprochant d’avoir plusieurs ex-péquistes dans son équipe, comme les nouveaux candidats Sylvain Lévesque et Jean-François Simard. «Il y a plus de péquistes que de caquistes à la CAQ», a-t-il ironisé.

M. Proulx croit que M. Legault «va avoir de la difficulté à être cohérent tout au long de cette campagne», car il a soutenu dans Charlevoix samedi qu’il ne ferait rien qui puisse nuire au Casino de Charlevoix. 

Pourtant, son équipe de candidats a fait la promesse de déménager le Salon de jeux de Vanier pour l’amener dans un secteur plus touristique de la ville de Québec et, éventuellement, le transformer en véritable casino. «C’est comme s’il [François Legault] leur avait déjà dit : “Ce que vous avez promis, ça ne tient pas la route.”»