L’enquête du Bureau a révélé que les prix annoncés par Ticketmaster n’étaient pas atteignables étant donné l’ajout de frais obligatoires plus tard dans le processus d’achat.

Le Bureau de la concurrence sanctionne Ticketmaster pour 4,5 M$

OTTAWA — Le Bureau de la concurrence a indiqué jeudi que Ticketmaster payerait 4,5 millions $ en sanctions et en remboursement de frais pour une enquête sur des allégations d'indications trompeuses à propos des prix lors de la vente de billets en ligne.

Selon le Bureau, Ticketmaster, TNow Entertainment Group et Ticketmaster Canada verseront une sanction de 4 millions $, en plus de rembourser les coûts de 500 000 $ liés à l'enquête de l'organisme.

Les entreprises devront aussi mettre en place un programme de conformité dans le cadre d'un consentement enregistré auprès du Tribunal de la concurrence.

L'enquête du Bureau a révélé que les prix annoncés par Ticketmaster n'étaient pas atteignables étant donné l'ajout de frais obligatoires plus tard dans le processus d'achat. Ces frais additionnels entraînaient souvent une hausse de plus de 20 pour cent du prix annoncé, et dans certains cas, de plus de 65 pour cent, a précisé le Bureau de la concurrence.

Le Bureau a jugé que les indications données au sujet des prix étaient trompeuses même si le montant des frais était divulgué avant que la transaction ne soit conclue par le consommateur.

Le commissaire de la concurrence, Matthew Boswell, a affirmé dans un communiqué que les Canadiens étaient en droit de s'attendre à ce que le prix annoncé soit celui qu'ils payeront véritablement pour acheter des billets en ligne.

«Le Bureau s'attend à ce que tous les vendeurs de billets revoient leurs pratiques commerciales au vu de la situation et en sachant que le Bureau continuera d'examiner les enjeux similaires sur le marché et prendra des mesures au besoin», a-t-il précisé.

Dans une déclaration distincte, Ticketmaster a indiqué s'être engagée à prendre les devants en matière de sécurité et de transparence et avoir adopté certaines pratiques pour protéger les consommateurs.

Ainsi, elle dit qu'elle communique clairement si les billets sont vendus à leur valeur nominale d'origine ou s'ils sont revendus à des prix supérieurs ou inférieurs à celle-ci. Elle interdit en outre la pratique consistant à afficher des billets à prix gonflés avant même que le vendeur n'en ait fait l'acquisition et elle indique si elle est la billetterie officielle d'un événement - précisant, le cas échéant, quelle est la plateforme officielle.