Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Il y a même une journée internationale non officielle de la roche peinte, c’est le 3 juillet, on invite tout le monde à peindre une roche et à la laisser quelque part.
Il y a même une journée internationale non officielle de la roche peinte, c’est le 3 juillet, on invite tout le monde à peindre une roche et à la laisser quelque part.

Le bonheur peut être dans une roche

CHRONIQUE / Cellules précancéreuses. Même avec le préfixe «pré», c’est le mot cancer qu’on retient, et c’est pour se débarrasser de ces microscopiques bombes à retardement que Caroline Breton s’est fait enlever l’utérus.

Et ce jour-là, elle allait voir son médecin.

«C’était le 29 juillet, j’avais mon rendez-vous de suivi après la chirurgie, pour avoir les résultats de l’analyse des cellules. C’est sûr que j’avais une petite crainte… Et le médecin m’a dit, il n’y a pas de cancer, tout est beau.»

Elle est repartie le cœur léger, a emprunté le trottoir, puis a bifurqué vers un sentier qui longe le trottoir. Elle n’avait jamais marché sur ce sentier, «ce n’est pas un sentier pour aller dans le bois, ça faisait un raccourci pour aller à ma voiture». 

Jusque-là, il n’y a pas d’histoire.

Jusqu’à ce que Caroline aperçoive un petit point de couleur au sol, qui aurait pu être une cannette vide ou un sac de chips. Elle s’est approchée. «C’était une roche, elle était peinturée. Je l’ai prise dans ma main, il y avait un message dessus : «Fais confiance, la vie te réserve de belles choses».»

Elle avait besoin de ça. «Disons que le message ne pouvait pas mieux tomber, c’était vraiment parfait… J’ai regardé la roche, j’ai pris une photo et je l’ai reposée à sa place. Je n’ai même pas pensé la prendre avec moi.» 

Elle a gardé les mots.

Caroline a partagé sa photo – et son histoire – sur sa page Facebook, et elle a vite appris que cette roche faisait partie d’un grand réseau de roches colorées. Si elle avait regardé en arrière de la pierre qu’elle a trouvée, elle aurait vu qu’on l’invitait à aller faire un tour sur une page Facebook, arochemoiunsourire.

Comme dans accroche-moi.

Elle est allée voir, y a mis sa photo… et la fille qui a fabriqué la roche l’a tout de suite reconnue. «On a échangé, je lui ai dit à quel moment je l’avais trouvée et elle m’a dit qu’elle venait presque juste de la déposer là. Un peu plus et on aurait pu se croiser.» 

Un peu moins, il n’y avait pas de roche.

Caroline s’est rendu compte que des roches comme ça, il y en a partout au Québec, suffit d’aller faire un tour sur la page Facebook – avec presque 4000 membres – pour voir qu’il y a plein de gens qui en fabriquent, surtout avec des dessins, parfois avec des messages comme celui qu’a reçu Caroline, et qui tombait si bien.

Des gens, unis par une roche, ceux qui les déposent au hasard d’une promenade, ceux qui les trouvent. Il y en a de toutes sortes, il y en a qui ont dessiné le Petit Prince, il y a beaucoup de cœurs et beaucoup de soleils. Il y en a même qui sont des visages de travailleurs de la santé, faits au début de la pandémie.

Il y a de jolis dessins d’enfants, plein d’arcs-en-ciel et de «ça va bien aller», le confinement a donné de l’élan au mouvement.

L’idée vient de Sophie Côté, travailleuse sociale à Granby, elle a déposé ses premières pierres il y a deux ans quand elle a appris que ça existait ailleurs, les «painted rocks» sont nées aux États-Unis et ne cessent de faire des petits. «Le but premier est de semer un peu d’amour et de joie autour de nous», explique Sophie sur sa page.

Pas plus compliqué que ça.

Depuis, Sophie en a laissées un peu partout, elle a d’ailleurs su que son mouvement avait essaimé jusqu’à Cuba.

Il y a même une journée internationale non officielle de la roche peinte, c’est le 3 juillet, on invite tout le monde à peindre une roche et à la laisser quelque part. Mais attention, pas n’importe où, certains endroits n’apprécient pas l’idée, entre autres le Texas où les roches colorées ne sont pas bienvenues dans les parcs naturels.

Même chose au Nebraska.

J’ai lu un article datant de 2017 où on indiquait qu’elles risquaient même d’être confisquées à Disneyland.

On pourrait y voir une arme.

Mais rassurons-nous, ces petites pierres tout en couleurs font en général le bonheur de tous, de ceux qui les font, de ceux qui les trouvent. Elles peuvent être partout, sur une plage, un sentier, une halte routière. 

Ouvrez l’œil, il y a peut-être un sourire à vos pieds.