Lawrence Stroll, le père de Lance Stroll, fait partie du consortium qui a pris les rênes de l'écurie Force India, mardi.

Lawrence Stroll fait partie d’un groupe acquéreur de Force India

MONTRÉAL - Tout indique que l’avenir de Lance Stroll en Formule 1 passe désormais par l’écurie Force India. Toujours sans contrat chez Williams en vue de la saison 2019, le jeune pilote devrait logiquement se joindre à l’équipe que son père vient d’acquérir.

Lawrence Stroll est effectivement à la tête d’un consortium d’investisseurs qui a repris l’écurie en difficultés financières depuis plusieurs mois.

L’accord conclu mardi permet à Force India de se sortir d’une procédure de redressement financier, «de payer les créanciers, de sécuriser l’ensemble des 405 employés» de l’entreprise et de retrouver des fonds en vue de rétablir la solvabilité de l’entreprise.

En conséquence, l’écurie sera prête à poursuivre ses activités lorsque la saison de F1 reprendra avec le Grand Prix de Belgique à la fin du mois.

Lance Stroll, qui détient un volant chez Williams depuis 2017, connaît une saison de misère au sein de l’écurie britannique. Il a marqué les seuls points de l’équipe cette saison grâce à une 8e position au Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Force India avait été placée sous administration judiciaire le vendredi avant le Grand Prix de Hongrie, à la suite d’une action entreprise par son propre pilote, Sergio Perez, qui a dit avoir posé ce geste pour «sauver l’équipe». Le Français Esteban Ocon est l’autre pilote de l’équipe cette saison.

Otmar Szafnauer, le directeur opérationnel de Force India, a travaillé avec les administrateurs — FRP Advisory LLP — pour trouver un acheteur, le consortium dirigé par Stroll se révélant le meilleur choix.

André Desmarais dans le consortium

En plus de Lawrence Stroll, le consortium comprend l’entrepreneur canadien André Desmarais, Jonathan Dudman, de l’entreprise Monaco Sports and Management, John Idol, dirigeant de la marque de mode Michael Kors, l’investisseur John McCaw fils, l’expert financier Michael de Picciotto et l’associé de Lawrence Stroll, Silas Chou.

Ils prennent la relève des anciens propriétaires Vijay Mallya, Subrata Roy et de la famille Mol.

«Cet accord sécurise l’avenir de l’équipe Force India en Formule 1 et va permettre à nos pilotes de concourir en toute sérénité, a réagi Otmar Szafnauer, directeur opérationnel de Force India.

«Je me réjouis d’avoir le soutien de ce consortium d’investisseurs qui croient en nous et voient l’énorme potentiel que représente Force India au sein de la F1 aujourd’hui et dans l’avenir. Je voudrais également remercier Vijay, le groupe Sahara et la famille Mol pour leur soutien et d’avoir mené l’équipe dans la mesure de leurs possibilités.»

Le gestionnaire commun Geoff Rowley, a ajouté : «Il est rare qu’une entreprise puisse être sauvée et retrouve une position de solvabilité. La qualité des différentes parties impliquées a été impressionnante et a nécessité une attention particulière.

«À la suite d’un processus sérieux, nous avons finalement reçu une offre très solide pour sauver la société et restaurer la solvabilité. Tous les créanciers seront payés en totalité, tous les emplois seront préservés et l’équipe disposera d’un financement important pour investir dans son avenir.»

Force India est actuellement sixième au championnat des constructeurs, à sept points de Haas et sept points devant McLaren.