Il sera interdit à tout militaire de consommer de la marijuana au moins huit heures avant d’amorcer son service. Ce délai passe à 24 heures s’il doit manipuler ou utiliser une arme, assurer la maintenance d’un avion militaire, sauter en parachute ou participer à tout autre exercice ou entraînement.

L’armée encadre la consommation de cannabis des militaires

OTTAWA — L’armée canadienne impose des limites aux militaires qui pourront, comme tous les Canadiens, consommer dans leurs temps libres de la marijuana à des fins récréatives une fois que celle-ci deviendra légale.

Les restrictions imposées par les Forces armées sont largement fondées sur l’emploi occupé par les militaires et sur leur mission en cours ou à venir. Les nouvelles directives visent à assurer la sécurité des militaires, de l’équipement et des missions, tout en permettant aux membres des Forces armées d’utiliser la marijuana récréative lorsqu’ils retrouvent la vie civile.

Les officiers supérieurs sont aussi formés pour savoir reconnaître si un militaire peut être sous l’influence du cannabis — comme les yeux rouges ou vitreux, un temps de réaction plus lent, de l’anxiété ou une élocution différente.

Il sera ainsi interdit à tout militaire de consommer de la marijuana au moins huit heures avant d’amorcer son service. Ce délai passe à 24 heures s’il doit manipuler ou utiliser une arme, assurer la maintenance d’un avion militaire, sauter en parachute ou participer à tout autre exercice ou entraînement.

Ces restrictions passent par ailleurs à 28 jours pour tout militaire qui sera à bord d’un sous-marin ou membre d’équipage dans un avion militaire. Il est bien sûr interdit à tous les militaires de consommer du cannabis lors d’opérations internationales, d’exercices ou d’entraînement.

Les militaires qui ne respecteront pas les règles pourraient faire l’objet de mesures disciplinaires ou même d’accusations.