L’animateur Réal Giguère s’est éteint lundi à l’âge de 85 ans.

L’animateur Réal Giguère s’éteint à l’âge de 85 ans

L’animateur Réal Giguère, un des personnages les plus en vue de la scène artistique québécoise pendant plusieurs décennies, s’est éteint lundi à l’âge de 85 ans.

Il est mort de «complications pulmonaires», selon ce qu’a indiqué sa fille Magalie.

Il était entré à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, le 14 janvier pour une chirurgie. «Il est parti tout doucement, en paix et entouré de sa famille», a affirmé sa fille.

Les réactions de personnalités artistiques et politiques ont rapidement suivi l’annonce du décès sur les réseaux sociaux, le premier ministre François Legault disant notamment garder «de bons souvenirs de cet homme qui avait beaucoup de classe».

L’actrice Sophie Stanké a remercié Réal Giguère pour le «beau rôle» de Stéphanie qu’elle a incarné pendant huit ans dans la série L’Or du temps, ajoutant que ses pensées accompagnent sa famille et tout particulièrement son fils «et ami» Sylvain Giguère.

Réal Giguère est né le 25 mai 1933 à Montréal. C’est en 1956 qu’il commence sa carrière dans le monde des médias. Il travaille à ce moment comme animateur de radio à CKAC, poste qu’il occupera jusqu’en 1961.

Il débute ensuite une longue carrière à la télévision, où sa joie de vivre, sa bonhomie et son rire contagieux en font rapidement un des favoris du public. Il sera surtout associé à la station Télé-Métropole, depuis rebaptisée TVA, où il animera une multitude d’émissions de variété et de jeux-questionnaires. Les plus connus sont sans contredit Parle, parle, jase, jase et Galaxie.

Mais Réal Giguère laissera aussi sa marque comme scénariste. On lui doit des séries comme Dominique, qui sera en ondes entre 1977 et 1980; Métro, boulot, dodo, en 1982 et 1983; et L’or du temps, qui tiendra l’affiche pendant près de huit ans entre 1985 et 1993.

Il avait aussi écrit, pendant les années 60, le roman Les marcheurs de la nuit. Ce livre inspirera, en 1965, le film Caïn, dans lequel il se produira. On le verra également au théâtre dans les pièces La cage aux folles et Joyeuses Pâques.

Réal Giguère a été admis à l’Ordre du mérite de l’Association canadienne de la radio (ACR) en l’an 2000.

Il serait enfin impossible de passer sous silence sa contribution à la scène musicale québécoise. Son plus grand succès, Gros jambon - qui relate le sacrifice héroïque d’un mineur d’une force exceptionnelle - demeure un classique.