Michel Venne est accusé d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle sur une adolescente de 17 ans qui était son employée, à l’été 2008.

L'ancien journaliste Michel Venne accusé d’agression sexuelle

L’ancien journaliste et ex-directeur de l’Institut du Nouveau Monde Michel Venne est accusé d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle sur une adolescente de 17 ans qui était son employée, à l’été 2008.

Après plusieurs mois d’enquête de la police de Québec, ville où auraient eu lieu les agressions alléguées, un mandat d’arrestation a été émis le 31 mai contre l’écrivain âgé de 58 ans.

Les gestes reprochés se seraient produits entre le 1er juillet et le 31 août 2008. Michel Venne est accusé d’avoir, à des fins sexuelles, touché une partie du corps de l’adolescente avec qui il était en situation d’autorité, une accusation qui se résume légalement par l’expression «d’exploitation sexuelle». Cette accusation implique que même si la plaignante est en âge de consentir à des gestes sexuels, son consentement est vicié par le lien d’autorité. 

Michel Venne est aussi accusé d’agression sexuelle sur la même plaignante, pour la même période.

À ce moment, la plaignante occupait un emploi d’été à l’Institut du Nouveau Monde, organisation politique de participation citoyenne dirigée par Michel Venne jusqu’en mars 2017.

Lorsque le mandat d’arrestation aura été exécuté, Michel Venne, résidant à Montréal, restera en liberté. Il comparaîtra à la fin de l’été. 

Venne devra respecter une promesse lui interdisant de communiquer avec la présumée victime et avec un témoin ainsi que de se trouver au domicile de la plaignante.

Dénoncé sur Facebook

L’automne dernier, la plaignante avait dénoncé sur Facebook les gestes de Michel Venne dans la foulée du mouvement #MoiAussi, qui avait vu plusieurs présumées victimes sortir de l’ombre pour nommer ceux qu’elles identifiaient comme des agresseurs sexuels.

Contactée par Le Soleil, la plaignante n’a pas souhaité commenter le dépôt des accusations et a indiqué qu’elle demanderait une ordonnance de non-publication sur son identité, une procédure régulière dans les cas d’agression sexuelle.

Deux autres ex-employées de l’Institut du Nouveau Monde avaient dénoncé publiquement, l’automne dernier, des inconduites sexuelles de Michel Venne. Aucune accusation n’a été portée concernant ces femmes.

Michel Venne a travaillé au journal «Le Devoir» de 1990 à 2006. Il a notamment été correspondant parlementaire, éditorialiste et directeur de l’information.