L'UPAC a mené une perquisition au centre administratif de la Ville de Chambly, mercredi.

La Ville de Chambly mise sous tutelle

CHAMBLY - La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a annoncé mercredi la mise sous tutelle de la Ville de Chambly, en Montérégie.

Cette décision est survenue quelques heures après que des agents de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) se furent présentés en matinée à au moins un édifice municipal de Chambly, apparemment pour procéder à des perquisitions. Des images de télévision ont montré des agents identifiés à l’UPAC entrer et sortir de l’hôtel de ville de Chambly, situé sur la Place de la Mairie, et prendre des photographies à l’extérieur. Des opérations du genre auraient aussi eu lieu à un centre administratif de la Ville et à un immeuble du service des travaux publics.

C’est la goutte qui a fait déborder le vase, a convenu la ministre en conférence de presse à Québec, mercredi après-midi.

La tutelle sera en vigueur jusqu’à nouvel ordre, a-t-elle indiqué.

Il est essentiel pour moi d’assurer le bon fonctionnement de la ville pour ses citoyens, a fait valoir la ministre Laforest.

Elle a rappelé que le maire de la ville faisait aussi l’objet d’autres enquêtes dont une de la Commission municipale du Québec (CMQ).

Et mercredi matin, il y a eu l’UPAC, a lancé la ministre. «On est rendus loin.»

La Direction des affaires publiques et des communications du Commissaire à la lutte contre la corruption n’a pas encore confirmé la nature de l’intervention de ses agents mercredi matin. La ministre Laforest n’a pas fourni d’informations à ce sujet.

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, dirige la ville depuis 2005; il a été élu quatre fois à ce poste. Il est en congé de maladie depuis novembre dernier.