La tendance à la baisse des collisions mortelles se poursuit

La Presse Canadienne
L’année 2019 a affiché le nombre le plus bas de collisions mortelles jamais enregistré sur le territoire de la Sûreté du Québec, soutient le corps policier dans son bilan routier provisoire dévoilé jeudi. La SQ souligne que la vitesse excessive demeure la cause la plus fréquente de collisions mortelles.

 De façon générale, le nombre de collisions mortelles est en baisse d’environ 9 % sur le territoire desservi par la SQ, ayant été de 216 en 2019, comparativement à 237 l’année précédente. Le nombre de décès a décliné d’environ 8 % pour la même période, avec 232 en 2019, par rapport à 252 en 2018.

La SQ souligne que le nombre de collisions mortelles est en décroissance depuis dix ans, malgré une augmentation constante du nombre de véhicules en circulation sur les routes du Québec.

Le corps policier rappelle qu’en 2010, le bilan sur les routes du Québec s’élevait à plus de 340 victimes, disant croire que des «efforts soutenus» ont permis de diminuer ce nombre de façon importante. La SQ souligne notamment la mise en place d’outils «permettant de déterminer avec précision les sites, les heures et les conditions accidentogènes ainsi que pour détecter les comportements à risque».

La SQ indique que la vitesse excessive est toujours en tête des causes les plus fréquentes de collisions mortelles.

Le nombre de collisions mortelles liées à la vitesse ou à la conduite dangereuse a diminué de près de 10 %, passant de 71 en 2018 à 64 en 2019. Tout de même, cet élément est parmi les causes probables de collisions mortelles dans près de 30 % des cas en 2019, a indiqué la SQ.

En 2019, la conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, la drogue ou la combinaison des deux est passée du troisième au deuxième rang des causes probables de collisions mortelles, soit dans plus de 10 % des collisions. En moyenne, la SQ affirme que ses agents procèdent à l’arrestation de 17 personnes par jour relativement à la conduite avec les facultés affaiblies.

La distraction au volant — incluant l’utilisation du téléphone cellulaire — a été la cause probable de 17 collisions mortelles, soit de près de 8 % de ces événements en 2019.

Aussi, l’absence du port de la ceinture de sécurité a été constatée pour 25 victimes en 2019. Le nombre était quasiment deux fois plus important en 2018, avec 45 victimes.