Sur 724 véhicules de la Sépaq, 11 sont électriques. Un pour chaque établissement où il y a des bornes de recharge, dont au parc national du Bic.
Sur 724 véhicules de la Sépaq, 11 sont électriques. Un pour chaque établissement où il y a des bornes de recharge, dont au parc national du Bic.

La Sépaq n’entend pas électrifier ses transports

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
L’électrification des transports promue par le gouvernement québécois frappe un mur, celui des capacités réduites des moteurs nourris par des batteries, semble-t-il. C’est du moins l’argument évoqué par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) qui vient de publier sa commande annuelle de dizaines d’autos et de camions traditionnels à essence.