La candidate du Parti québécois dans Richmond, Véronique Vigneault, était accompagnée de Guillaume Rousseau (Sherbrooke), de son chef Jean-François Lisée, et de la candidate Solange Masson (Saint-François).

La péquiste Vigneault rend hommage à... la libérale Vallières

Fait inusité, la candidate du Parti québécois dans Richmond, Véronique Vigneault, a mis la partisanerie de côté, mardi, pour louanger « le travail exceptionnel » effectué par la députée… libérale sortante Karine Vallières, à qui elle espère succéder au lendemain des prochaines élections.

Mme Vigneault, qui se décrit comme une « candidate atypique », a profité d’une conférence de presse à laquelle participait le chef péquiste Jean-François Lisée pour rendre hommage à Mme Vallières qui représente Richmond à l’Assemblée nationale depuis 2012. Cette dernière a décidé de ne pas se représenter en vue du scrutin du 1er octobre.

Lire aussi: Le PQ veut ramener les conférences régionales des élus

Soulagement au PQ: Nicolas Marceau sera de la prochaine campagne électorale

Promotion de la souveraineté: François Gendron blâme le PQ pour son inaction

Avec cœur

« Je ne pourrais pas être ici aujourd’hui sans dire que Karine Vallières a fait un travail exceptionnel pour Richmond », a déclaré Mme Vigneault qui était aussi flanquée des candidats Guillaume Rousseau (Sherbrooke), Solange Masson (Saint-François) et Andréanne Larouche (Brome-Missisquoi). Ce n’est pas propre à mon parti de faire de bonnes choses et ce n’est pas propre aux autres partis d’en faire des mauvaises, a-t-elle poursuivi. Il y a des bonnes personnes partout. Karine a fait un travail de cœur exceptionnel sur le terrain pour Richmond et je m’engage à poursuivre son travail et à l’amener un peu plus loin avec ma couleur, mon talent, mon engagement et ma détermination à améliorer le monde dans lequel je vis », a précisé Mme Vigneaullt, qui est directrice de la plateforme de financement participatif La Ruche Estrie.

Âgée de 37 ans, mère de trois enfants et détentrice d’une maîtrise de l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, Mme Vigneault dit avoir posé sa candidature pour pouvoir débattre des grands enjeux liés à la condition féminine, aux inégalités sociales, à l’environnement et au développement régional. « Il y a une richesse inouïe dans nos communautés rurales, urbaines, qui ne sont pas des grands centres et j’ai envie de porter la voix de ces concitoyens et concitoyennes qui sont, malheureusement, trop peu écoutés », a-t-elle souligné.

Justin Trudeau

Interrogé sur les chances de son parti de remporter les prochaines élections alors que le PQ se maintient en troisième place dans les sondages derrière la CAQ et le PLQ, M. Lisée a indiqué que tout peut encore arriver : « Rappelez-vous où était Valérie Plante lorsque les élections à la mairie de Montréal ont commencé. Rappelez-vous où était Justin Trudeau lors des élections fédérales », a cité en exemple M. Lisée.

Selon le chef péquiste, le seul point sur lequel les sondages s’accordent parfaitement est le fait que les Québécois veulent du changement à l’Assemblée nationale. « Le changement est indispensable, a-t-il ajouté. Nous avons eu quinze ans de gouvernement libéral. Imaginez, les libéraux sont là depuis avant l’invention de Facebook. Donc, oui, ça prend du changement, ça prend du changement qui est crédible, ce qui n’est pas le cas de la CAQ », a précisé M. Lisée.