Maxime Comtois a été l'objet d'insultes sur les réseaux sociaux après avoir raté un lancer de punition en prolongation dans la défaite subie par le Canada face à la Finlande en quarts de finale du Championnat du monde de hockey junior, mercredi.

La ministre Charest dénonce l'intimidation à l'endroit de Maxime Comtois

MONTRÉAL — La ministre déléguée à l'Éducation, Isabelle Charest, a réagi vendredi aux insultes tenues sur les réseaux sociaux envers le capitaine de l'équipe canadienne de hockey junior, Maxime Comtois.

«Les gestes d'intimidation à l'endroit de Maxime Comtois sont inacceptables, a écrit sur Twitter la députée de Brome-Missisquoi pour la Coalition avenir Québec. Ils représentent ce que nous devons combattre dans notre société et dans le sport. C'est pourquoi nous soutenons des initiatives comme Sport'aide qui dénoncent l'intimidation dans le sport.»

Cette réaction fait suite à celle du chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, qui avait qualifié jeudi de «racisme anti-francophones» les propos déversés sur le compte Instagram de Comtois, qui a raté un lancer de punition en prolongation dans la défaite de 2-1 subie par le Canada face à la Finlande en quarts de finale du Championnat du monde de hockey junior, mercredi.

La défaite du Canada l'a exclu de la ronde des médailles pour la première fois en 21 ans.

Plusieurs des commentaires ciblaient la langue maternelle de Comtois. Le patineur de 19 ans de Longueuil est francophone.

Appelé à commenter la situation par Radio-Canada jeudi, le président de Hockey Canada, Tom Renney, a préféré ne pas se mouiller.

«Je n'ai pas lu les insultes, donc je préfère ne pas les commenter. Nous allons faire un suivi, c'est certain», a-t-il dit. Au moment d'écrire ces lignes vendredi après-midi, il n'y avait toujours aucune réaction officielle sur le site de Hockey Canada.

LIRE AUSSI : Vérification faite: une échappée, un but automatique?