Non, les amateurs n’assisteront pas à des matchs de la LHSAAAQ cette saison. Ici, des images d’une rencontre opposant les Bisons aux Loups de La Tuque en novembre 2019.
Non, les amateurs n’assisteront pas à des matchs de la LHSAAAQ cette saison. Ici, des images d’une rencontre opposant les Bisons aux Loups de La Tuque en novembre 2019.

La Ligue senior AAA tranche: saison annulée!

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Les gens de la Ligue de hockey senior AAA du Québec ont finalement tranché : ils ont décidé de purement et simplement annuler la saison 2020-2021.

La nouvelle, qui risque de faire boule de neige, est tombée tôt lundi matin. Et en soirée, c'était au tour de la Ligue nord-américaine d'y aller avec une annonce similaire. 

«C’était devenu inévitable, a expliqué le président de la LHSAAAQ, Dominic Lussier. Lorsque le premier ministre a annoncé que les salles de spectacle, les restaurants et les gyms situés en zone rouge resteront fermés au moins jusqu’au 11 janvier, on ne voyait plus la lumière au bout du tunnel. Nous, nous espérions entamer notre saison quelque part au mois de janvier…»

C’est Dean Lygitsakos, grand patron du Bellemare de Louiseville, qui a été le premier à lever la main et à inciter les dirigeants du circuit à réfléchir à la suite des choses.

«Les conditions gagnantes n’étaient tout simplement pas réunies afin de seulement envisager un retour, a mentionné Lygitsakos. On pouvait difficilement penser revenir au jeu avant le mois de février et je ne vois pas comment on pourrait accueillir 250 spectateurs à nos matchs bientôt quand les rassemblements des Fêtes seront limités à une dizaine de personnes. Bref, il y avait trop d’incertitude.»

Lygitsakos était aussi à la tête du comité de relance de la LHSAAAQ. En entrevue à La Voix de l’Est début novembre, il avait suggéré qu’un joueur soit expulsé dès qu’il aura laissé tomber les gants une fois, le temps que la pandémie soit derrière nous. Ses propos avaient fait énormément jaser.

«Personnellement, il y a une autre chose qui m’agaçait beaucoup, a-t-il repris. Si on avait réussi à entamer la saison en janvier ou en février, il aurait fallu s’assurer de pouvoir la terminer aussi. Et avec toutes les éclosions présentement, il n’y avait aucune garantie. Remettre des matchs dans notre circuit aurait été une entreprise très compliquée.»

Trop de risques

Christian Roy, lui, fait partie de ceux qui ont espéré jusqu’au dernier moment le retour des activités de ses Bisons, dont il est le grand patron, et de la LHSAAAQ. Mais lui aussi a dû se rendre à l’évidence.

«On voulait fort, on aurait tellement voulu redonner du hockey aux gens, a-t-il dit. Mais il y avait clairement trop de risques et trop d’incertitude. Maintenant, on va se concentrer à revenir en force en 2021-2022. Et avec l’arrivée prochaine d’un vaccin, on peut espérer se faire une saison normale.»

Les Bisons, on le sait, avaient réussi à ramener la passion pour le hockey à Granby la saison dernière. Mais voilà, est-ce que les amateurs, qui étaient près de 1000 en moyenne au Centre sportif Léonard-Grondin en 2019-2020, seront à nouveau au rendez-vous un an et demi plus tard?

«Je suis convaincu qu’ils le seront, a tranché Roy. Je pense même que l’engouement sera plus fort encore une fois que les gens pourront revenir à l’aréna. Le retour de nos activités favorites sera tellement le bienvenu après tout ce temps où on se sera privé de plein de choses…»

Directeur général des Bisons, Miguel Fortin ne voyait plus la lumière au bout du tunnel lui non plus, du moins en ce qui concerne la présente saison. Mais il avoue qu’il aurait aimé voir à l’oeuvre l’équipe qu’il a contribué à bâtir au cours des derniers mois.

«On a travaillé dur depuis notre élimination afin de donner à nos partisans un bon club, a-t-il rappelé. Évidemment, après un an et demi d’inactivité, est-ce que certains de nos joueurs vont décider qu’ils en ont fini avec le hockey? C’est possible. Mais il faut continuer à regarder en avant. À travers tous ces moments difficiles, on peut croire que le meilleur est à venir.»

On peut le croire...

«Lorsque le premier ministre a annoncé que les salles de spectacle, les restaurants et les gyms situés en zone rouge resteront fermés au moins jusqu’au 11 janvier, on ne voyait plus la lumière au bout du tunnel», a avoué le président de la LHSAAAQ, Dominic Lussier.