Shakira et J.Lo se produisent pendant la mi-temps du Super Bowl à Miami.
Shakira et J.Lo se produisent pendant la mi-temps du Super Bowl à Miami.

J.Lo ! Source d'inspiration ou de détresse pour les femmes d'âge mûr?

Maintenant que le Super Bowl et son spectacle de la mi-temps sont derrière nous, prenons quelques minutes pour réfléchir à ce que les performances étonnantes de Jennifer Lopez et Shakira signifient pour les femmes d’âge mûr.J.Lo ! Source d'inspiration ou de détresse pour les femmes d'âge mûr ?

J.Lo et Shakira, âgées respectivement de 50 et 43 ans, sont-elles une inspiration pour les femmes de plus de cinquante ans ? Ou placent-elles la barre si haute que celles-ci ont l’impression qu’elles devraient jeter l’éponge et abandonner ?

Alors que le monde se concentre sur leur apparence et sur la question de savoir si leurs performances instrumentalisaient les femmes et étaient « trop sexy » pour les heures de grande écoute, je pense que les questions les plus intéressantes et les plus inspirantes se trouvent ailleurs.

Je veux dire, oui, les deux femmes sont belles, mais ce sont aussi des artistes professionnelles avec toute une équipe qui se consacre aux costumes, à la coiffure et au maquillage. Même avec cette équipe, il leur a fallu 10 heures pour se préparer.

Et c’est en partie grâce à leur apparence qu’elles ont autant de succès. Il n’est donc pas surprenant que les deux femmes aient eu un look phénoménal.

J.Lo et Shakira ont écrit leur propre spectacle et choisi leurs costumes. Osés ? On est au football. Ce n’est pas comme si les meneuses de claques portaient des peignoirs. Est-il possible qu’il y ait juste une touche de racisme dans ces critiques ?

À quoi ressemble une femme de 50 ans ?

Le New York Times a écrit à propos de la condition physique de J.Lo : « Eh bien, dimanche, Mme Lopez a montré au monde à quoi ressemble une femme de 50 ans – du moins sa version. »

Mais ce n’est pas seulement une question d’apparence. Je pense que nous pouvons tous faire la distinction entre les personnes qui gagnent leur vie en ressemblant à J.Lo et Shakira et celles qui ont d’autres types de carrières qui n’impliquent pas de se produire devant des millions de personnes.

En tant que spécialiste du féminisme, je pense que ce qui est vraiment intéressant, c’est que J.Lo et Shakira font partie d’une tendance de femmes en super forme qui maintiennent et poursuivent leur programme d’entraînement physique jusqu’à la cinquantaine et au-delà.

Les possibilités de ce que nous pouvons faire dans la quarantaine, la cinquantaine et la soixantaine ont changé. C’est une source d’inspiration et un message positif pour les femmes. Ce n’est pas du tout une question de regard, mais de force et de résilience.

Il fut un temps où l’on supposait qu’après 40 ans, tout se dégradait physiquement pour les femmes – après tout, les années de procréation sont révolues. Mais ce n’est pas vrai.

Une de mes amies a récemment partagé des photos de ses tantes, prises alors qu’elle-même était enfant. Âgées dans la quarantaine et la cinquantaine, elles étaient habillées comme des grand-mères qui vont à l’église, avec des perles et des chapeaux. Aujourd’hui, les femmes de cet âge portent plutôt des collants de course et assument leur célibat.

Les femmes plus âgées prennent le relais de la course

Les femmes plus âgées, en fait, sont la relève de la communauté des coureurs. Elles forment le groupe démographique qui connaît la plus forte croissance. Selon l’application de course Strava, les femmes dans la quarantaine sont plus rapides lors des marathons que les femmes dans la vingtaine.

Lorsque ma collègue Tracy Isaacs et moi-même avons écrit notre livre Fit at Midlife : A Feminist Fitness Journey, nous n’arrêtions pas de découvrir des histoires d’athlètes féminines faisant de remarquables progrès en compétition alors qu’elles étaient âgées dans la quarantaine.

Kristin Armstrong, par exemple, n’a commencé à faire du vélo de compétition qu’à l’âge de 27 ans et a décroché des médailles d’or olympiques à 43 ans. Elle est la cycliste féminine américaine la plus décorée de tous les temps et la meilleure contre-la-montre de l’histoire du sport. (Elle a remporté trois médailles d’or olympiques, six championnats nationaux aux États-Unis et a été deux fois championne du monde.)

Et puis il y a la coureuse canadienne Lori-Ann Muenzer, qui a participé aux Jeux olympiques de 2004 à l’âge de 38 ans et a remporté l’or sur piste.

Parmi les plus âgés, on trouve de nombreux seniors impressionnants, dont la triathlonienne de 89 ans Sister Madonna Buder, surnommée la « Nonne de fer ».

Buder a participé à plus de 340 triathlons et 45 Ironman complets, qui nécessitent de nager près de quatre kilomètres, de faire 180 kilomètres à vélo et de courir plus de 42 kilomètres.

Si vous préférez lever des poids plutôt que les sports d’endurance, vous pouvez vous tourner vers Ernestine Shepherd comme source d’inspiration. C’est une culturiste américaine qui a été, à un certain moment, la plus vieille culturiste féminine de compétition au monde.

À 83 ans, Shepherd ne fait plus de compétition, mais elle continue à s’entraîner tous les jours.

Il y a aussi Olga Kotelko, une Canadienne qui pratiquait l’athlétisme. Elle détient plus de 30 records du monde et a remporté plus de 750 médailles d’or dans sa catégorie d’âge de 90 à 95 ans pour la compétition des maîtres.

Elle est décédée en 2014 à l’âge de 95 ans.

Les artistes et les athlètes

Mais revenons à J.Lo et à Shakira.

Ces femmes sont des artistes très créatives et elles ont offert un spectacle étonnant. Ce sont aussi des danseuses et des athlètes, et nous pouvons admirer ce qu’elles savent faire sans se prendre la tête sur leur apparence et leurs vêtements.

Quand j’ai regardé J.Lo glisser sur la scène et sauter à nouveau pour continuer à danser, c’était comme si je regardais des athlètes olympiques donner le meilleur d’eux-mêmes pendant une compétition. Le fait que J.Lo puisse encore performer à ce niveau à 50 ans donne de l’espoir à tous ceux et celles qui veulent continuer à progresser – dans la quarantaine et au-delà.

Ces excellentes performances ne devraient pas rebuter les femmes et les empêcher de faire de l’exercice, pas plus que les cyclistes olympiques ne devraient nous inciter à arrêter de faire du vélo.

Personnellement, je suis impressionnée par la routine d’entraînement de J.Lo et j’espère que Shakira et elle continueront à se produire pendant longtemps encore.

* * * * *

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduit avec permission.

The Conversation<