La salle du palais de justice de Québec où aurait eu lieu le procès d'Alexandre Bissonnette

«Je sais que mon geste est impardonnable», déclare Bissonnette

Voici la déclaration intégrale d'Alexandre Bissonnette aux victimes :

«Monsieur le juge, en cet instant que je suis libre de vider mon cœur et mon esprit

J’aimerais vous dire à vous M. le juge et à tous :

(Il se tourne vers les gens)

À chaque minute de mon existence je regrette amèrement ce que j’ai fait, les vies que j’ai détruites.

La peine et la douleur immense que j’ai causées à tant de personnes, sans oublier les membres de ma propre famille.

J’ai honte de ce que j’ai fait.

Je ne sais pas pourquoi j’ai posé un geste insensé comme ça.

Encore aujourd’hui j’ai de la misère à y croire.

Malgré ce qui a été dit à mon sujet,  je ne suis ni un terroriste ni un islamophobe.

Plutôt je suis une personne qui a été emportée par la peur, par la pensée négative et par une sorte de forme horrible de désespoir.

J’avais depuis longtemps des idées suicidaires et une obsession avec la mort.

Comme si je me battais avec un démon qui a fini par m’avoir, qui a fini par gagner contre moi.

J’aimerais tant pouvoir revenir dans le temps et changer les choses.

Parfois, j’ai l’impression que tout ça n’est qu’un affreux rêve, un long cauchemar.

(Il se tourne vers les familles des victimes)

J’aimerais pouvoir vous demander pardon pour tout le mal que je vous ai fait, mais je sais que mon geste est impardonnable.

Si au moins en plaidant coupable je peux faire un peu de bien dans tout ça, alors, ça sera déjà ça de fait.

C’est pour ça que j’ai plaidé coupable devant vous.»