De l'enrochement a notamment été effectué sur le chemin du Fer-à-Cheval, dans le secteur Masson-Angers

Inondations: le maire de Gatineau autorise des dépenses d’urgence pour 1 million$

Le maire de Gatineau a commencé à utiliser son pouvoir spécial de dépenser en cas de force majeure. Maxime Pedneaud-Jobin a autorisé jusqu’à maintenant des dépenses de près d’un million de dollars. «C’est clair que ce n’est qu’un début», a-t-il indiqué, mercredi matin, au terme de la rencontre publique du comité exécutif.

Ces dépenses d’urgence ont permis à la Ville de s’approvisionner en sacs de sable - pleins et vides - supplémentaires, de louer des pompes pour sécuriser l’usine d’épuration des eaux usées du secteur Gatineau et de procéder à l’enrochement de certaines routes plus à risque. 

«Pour les sacs de sable, on voulait une force de frappe rapide dès le départ, a noté le maire. Des citoyens et des cols bleus en faisaient, mais on a trouvé utile d’en acheter plus pour en fournir le plus rapidement possible aux citoyens. Nous avons aussi acheté des sacs vides quand on a vu que les niveaux d’eau pouvaient atteindre ceux de 2017.» Quant aux pompes destinées à sécuriser l’usine d’épuration, elles ont déjà été installées et testées. 

À LIRE AUSSI: Le seuil d'inondation majeure atteint à plusieurs endroits en Outaouais

À LIRE AUSSI: «Il faut qu'on donne des réponses aux gens», dit le maire de Gatineau

État de situation

Le maire Pedneaud-Jobin a précisé que l’eau continue de monter partout à Gatineau et que le plateau doit être atteint en fin de semaine, normalement dimanche soir. 

«Nous avons eu moins de pluie que prévu, ce qui est une bonne nouvelle, mais ça reste la principale menace pour la suite des choses et ça peut toujours changer», a-t-il ajouté. 

Une deuxième crue n’est pas prévue pour l’instant par les autorités, même si le phénomène demeure possible. «Ce qui est prévu pour l’instant c’est un très long plateau, et ensuite une décrue, a dit le maire. Mais tout ça dépend de la chaleur et de la pluie et tout ça peut toujours changer.»

Le nombre de maisons à risque d’inondation a augmenté au courant de la nuit et dépasse maintenant le nombre de 1000, a précisé le maire. Plus de 300 personnes ont déjà quitté leur domicile dont plus de 85 sont actuellement hébergées dans des chambres d’hôtel. 

Inquiétudes

Les prévisions des autorités laissent actuellement entrevoir une inondation plus longue qu’en 2017, ce qui pourrait avoir des effets néfastes considérables sur les infrastructures routières touchées, a par ailleurs fait savoir le maire Pedneaud-Jobin. 

«Une des inquiétudes c’est que si le plateau reste très longtemps, ça ramollit le fond des rues, a-t-il fait savoir. Si la rue est inondée une semaine ou deux de plus, ce n’est pas juste la surface qui sera affectée, mais aussi le fondement de la rue et ça, ça peut vouloir dire que la reconstruction sera beaucoup plus grande que de juste refaire l’asphalte et ajouter un pied de matériel en dessous. Le travail pour la reconstruction des rues pourrait être plus important que la dernière fois.»