Hugo Richard peut revendiquer deux conquêtes de la Coupe Vanier à titre de quart-arrière du Rouge et Or (2016 et 2018).

Hugo Richard avec les Alouettes

Quelques semaines après avoir bouclé sa carrière universitaire en soulevant la Coupe Vanier, l’ancien quart-arrière du Rouge et Or Hugo Richard a été mis sous contrat par les Alouettes de Montréal, lundi.

«Hugo a connu toute une carrière universitaire et il n’a cessé de s’améliorer au fil des saisons, en plus de gagner de nombreux honneur d’équipe et individuels. Il mérite une chance de se faire valoir au poste de quart et nous allons lui donner l’opportunité de le faire avec l’équipe de sa ville natale, avec laquelle il est déjà familier», a indiqué le directeur général des Alouettes Kavis Reed, par voie de communiqué.

Celui qui a porté avec brio le numéro 4 du Rouge et Or pendant les cinq dernières saisons a accepté un pacte de deux ans.

«Comme à chaque échelon, il faut recommencer au début. À moi de faire ma place, maintenant, c’est entre mes mains. On ne m’a pas fait de promesse, mais je n’ai jamais eu peur des défis, et celui-là en sera un beau», confiait le principal intéressé, lundi en fin de journée, quelques minutes après l’annonce de son entente.

Richard s’est imposé dès son arrivée l’Université Laval, en 2014, où il fut la recrue de l’année au pays. Il revendique deux conquêtes de la Coupe Vanier (2016 et 2018). Joueur par excellence au Québec à trois reprises, dont lors des deux dernières saisons, il est le seul pivot de tous les temps du RSEQ à avoir lancé 70 passes de touché et inscrit 30 majeurs au sol. Il se réjouissait à l’idée d’avoir l’occasion de mériter un poste comme quart-arrière avec les Alouettes.

«J’aurais été prêt à changer de position, mais je n’y voyais pas l’attrait, car la position la plus intéressante pour moi et que je connais le plus, c’est celle de quart-arrière. Ma meilleure chance de me tailler une place est dans ce rôle», indiquait le passeur de Saint-Bruno-de-Montarville qui a complété 782 de ses 1145 passes en carrière à l’Université Laval pour des gains de 10 271 verges.

Rivalité à Montréal

Chez les Alouettes, il rivalisera avec plusieurs quarts-arrières, dont Johnny Manziel, Antonio Pipkik et Vernon Adams, pour ne nommer que ceux-là.

«Je sais qu’il n’y a pas beaucoup de quarts canadiens dans la LCF, mais je pense qu’il devrait y en avoir plus, car on est habitué au style de jeu, aux dimensions du terrain, aux règles. Depuis que je suis tout jeune que j’affronte des couvertures à 12 joueurs. Il y a plusieurs quarts dans l’équipe, et je sais que ce ne sera pas facile, mais je suis excité à l’idée d’avoir ma chance», précisait-il.

Les choses ont déboulé rapidement. Vendredi, les Alouettes ont communiqué avec son agent, et lundi, ils annonçaient sa mise sous contrat.

«Je suis un peu surpris que tout soit allé aussi vite, car ils n’avaient pas exprimé d’intérêt avant cela. J’en suis très heureux, parce que l’un de mes objectifs était de monter à un plus haut niveau, de continuer à jouer au football, et pour l’instant, cette chance se présente à moi. Je dois une fière chandelle à tous mes anciens coéquipiers et entraîneurs, ainsi que ma famille, ma copine et à tous ceux qui ont cru en moi, qui m’ont aidé à me dépasser», ajoutait celui avait participé au camp des Alouettes en 2017.

Boris Bede, Luc Brodeur-Jourdain et Philippe Gagnon sont des anciens du Rouge et Or dans l’alignement actuel des Alouettes. Richard prévoyait travailler bientôt comme ingénieur. Il complétera un stage dans ce domaine, cet hiver, avant de se pointer au camp des Alouettes dans l’espoir d’y faire faire sa place.